Des enfants dans les pas de la garde républicaine [Archivé]

Pendant les vacances scolaires de février, la fédération de Paris a accompagné des enfants issus de familles aidées pour visiter la caserne de la garde républicaine à Vincennes. Une journée marquante pour ces citoyens en herbe.

Le 15 février 2017, la garde républicaine a accueilli une vingtaine d'enfants aidés par le SPF de Paris.
DR

Il fait froid mais grand beau ce 15 février quand une vingtaine de garçons et filles d’une douzaine d’années pénètrent pour la première fois dans la caserne de la garde républicaine, au cœur du quartier Carnot, en face du château de Vincennes. Issus de quartiers populaires des 20e, 19e, 12e et 11arrondissements de Paris et de la Porte de Bagnolet, ils sont accompagnés par des bénévoles de la fédération du SPF de Paris dans leur découverte des institutions républicaines : « Un peu d’instruction civique et d’histoire ne leur fait pas de mal, explique Erick Duthoit, le responsable du groupe. À cet âge-là, ils ont besoin de repères. » La plupart vivent dans des familles monoparentales aux revenus modestes, une situation qui entrave leur accès à la culture.

Les enfants connaissent évidemment le défilé du 14 juillet, sur les Champs-Elysées, le jour de la fête nationale, mais certains apprennent à cette occasion que des rondes à cheval ont régulièrement lieu autour du Stade de France, lors de compétitions sportives, dans les bois et les parcs, comme à Montreuil, d’où vient Mohamed, l’un des enfants : « Mon grand-père a des chevaux plus petits, en Égypte, mais pour travailler les champs », s’amuse-t-il.

Visite des écuries

La visite, de deux heures, guidée de main de maître par le brigadier-chef Mercieux, chargé de la communication, est à la fois instructive et ludique. Les adolescents découvrent ainsi que la garde républicaine, créée en 1802 par Napoléon Bonaparte, a une mission de sécurité publique et que plus de 2 800 militaires et civils la composent. Pendant que les escadrons de cavalerie sont à l’entraînement, ou aux soins, les enfants visitent les « manèges », les écuries, où ils peuvent caresser les chevaux les plus dociles, en passant par les forges, où sont entreposés les fers : « J’ai rarement accueilli un groupe d’enfants aussi curieux, les a-t-il félicités. C’était très agréable. » Un compliment qui leur est allé droit au cœur. Cette journée pédagogique et ludique a satisfait leur soif d’apprendre et donné à beaucoup d’entre eux des idées pour l’avenir…