Apprendre à nager avec le Secours populaire et Récréa

Avec l’opération « Comme un poisson dans l’eau », 500 enfants de familles confrontées à la précarité, accompagnées par le Secours populaire français, vont améliorer leur pratique de la nage dans 40 centres aquatiques Récréa.

Lundi 23 octobre à Bois-Colombes, lancement de l’opération Comme un poisson dans l’eau, qui se déroule du 23 au 27 octobre dans 40 centres aquatiques Récréa.
Jean-Marie Rayapen

« C’est bien les gars. Mais quand vous sortez le bras, collez-le bien à l’oreille. Vous allez mieux avancer », dit Camille Lacourt, quadruple champion du monde de natation, à un petit groupe qui vient d’achever une longueur à la piscine Récréa de Bois-Colombes (Hauts-de-Seine). « Ah, j’me sens visé, là », réplique un garçon qui n’a pas la langue dans sa poche, provoquant l’hilarité de tous, y compris du champion qui parraine la 4e édition de l’opération « Comme un poisson dans l’eau ». Ce dernier a continué pendant une heure à prodiguer ses conseils aux petits nageurs.

Des conseils de champion

Le 23 octobre, premier jour des vacances de Toussaint, une quinzaine d’enfants accompagnés de bénévoles du Secours populaire étaient venus pour un stage de cinq jours à la piscine Récréa de Bois-Colombes. Au total, près de 500 enfants de 8 à 12 ans, issus de familles confrontées à la précarité et accompagnées par le SPF, seront accueillis dans 40 centres aquatiques partout en France, jusqu’au 27 octobre.

Les bénévoles du SPF répondent aux besoins urgents de ces familles, comme l’alimentation, tout en les accompagnant dans leur accès aux loisirs, à la culture et aux sports, dont ils sont trop souvent privés.

Christian Lampin, secrétaire général du Secours populaire chargé de la Jeunesse et de l’accès au Sport.

« J’ai bu un peu la tasse », souffle la petite Bernys, qui reprend son souffle sur le bord de la piscine. « A part ça, je m’amuse bien, c’est super », ajoute-t-elle avant de glisser à nouveau dans l’eau, un sourire aux lèvres. « Il y a l’aspect prévention, grâce à l’apprentissage de la nage ou l’amélioration de leur pratique, mais c’est aussi un moment ludique, une activité de vacances », explique Jacques Labarre, directeur des opérations chez Récréa, partenaire du SPF.

Lundi 23 octobre au centre aquatique Récréa de Bois-Colombes, lancement de l’opération Comme un poisson dans l’eau, en présence de la  ministre des Sports Laura Flessel et du champion du monde Camille Lacourt.

Lundi 23 octobre au centre aquatique Récréa de Bois-Colombes,
lancement de l’opération Comme un poisson dans l’eau,
en présence de la ministre
des Sports Laura Flessel
et du champion du monde Camille Lacourt.

 

 

Diminuer les inégalités et les risques de noyades

A côté, Maurice fait une pause, réajuste les lunettes de plongée qui ont été données à chaque participant, avec tout un kit de natation (sac, serviette, etc.) par Speedo, partenaire de l’opération. Le petit garçon s’insère dans son groupe de copains, dont les jambes et les bras envoient de grandes giclées.

« L’eau, c’est apprendre à nager et partager des fous rires, de la complicité. Je soutiens les initiatives de ce type qui permettent de lutter contre l’inégalité en matière d’accès au sport, d’autant plus quand elles peuvent éviter des noyades », souligne Laura Flessel, ministre des Sports et marraine du SPF, qui avait fait le déplacement. A son échelle, « Comme un poisson dans l’eau » est donc une opération bienvenue.

L’opération en chiffres
2 000 enfants auront appris à nager grâce à l’opération « Comme un poisson dans l’eau », en quatre ans.
1 enfant sur 2 ne sait pas nager à l’entrée en classe de 6e, selon une enquête réalisée par la Fédération française de natation.
254 noyades d’enfants de moins de 13 ans ont été recensées par l’enquête Noyades 2012 de l’Institut de veille sanitaire et 47 enfants sont décédés.

En images

Liens