Apprendre à nager « comme un poisson dans l’eau » [Archivé]

Comme à chaque vacances de la Toussaint depuis 5 ans, l’opération « Comme un poisson dans l’eau », menée par le Secours populaire français et Récréa, fait son retour. Elle permet, cette année, d’apprendre à nager à 643 enfants, de 8 à 12 ans.  Pas moins de 44 centres aquatiques partout en France accueillent actuellement ses enfants dont les familles sont aidées par le Secours populaire.

Chaque vacances de la Toussaint, les centres Récréa apprennent à nager à des centaines d'enfants aidés par le Secours populaire
Jean-Marie Rayapen

« Alors les enfants, ce matin, vous prenez bien deux boudins que vous placez sous les bras », lance Vincent, maître-nageur au centre aquatique le Dôme de Vincennes, dans le Val-de-Marne. Il est 9 heures, le 24 octobre, et une douzaine de petits s’empresse de saisir les boudins roses, verts, bleus ou jaunes.

« Vous allez nager sur le ventre. Alors, le moteur c’est quoi ? », interroge le professionnel. « Les jambes ! », répondent en cœur les enfants. « Les jambes, bien sûr. Est-ce que, des fois, on arrête de les battre ? », continue Vincent, très pédagogue. « Non, non », disent les enfants avant de se mettre en file indienne pour commencer leurs premières longueurs dans le grand bain. « Je veux voir beaucoup de mousse – avec les pieds – et beaucoup de bulles, car il faut souffler fort », recommande-t-il encore.

Tout est en place pour l'accueil des enfants

Pendant toutes les vacances de la Toussaint, les enfants, inscrits par les antennes locales du Secours populaire dans toute la France, suivent 5 séances de natation. Ils reçoivent tous un bonnet de bain et des lunettes de plongée pour que tout le monde soit à égalité. A la fin de chaque séance, un goûter les attend. Au terme de chaque stage, ils reçoivent un diplôme certifiant de leur autonomie sur 25 mètres.

« En 5 ans, nous avons appris à nager ou familiarisé au milieu aquatique plus de 2 000 petits. C’est une grande satisfaction, observe Jacques Labarre, directeur national d’exploitation chez Récréa. Nous contribuons ainsi, avec le Secours populaire, à diminuer le risque global de noyade et à amener vers les plaisirs de l’eau des enfants qui, par manque de moyens, se disaient ‘’ce n’est pas pour nous’’. »

Préparer les vacances à venir

Petra, 8 ans et un sourire espiègle, remonte du grand bassin après avoir nagé sa première longueur. Elle a eu du mal à lâcher le mur, craignant de boire la tasse, mais elle apprécie ce moment de découverte, qui s’est finalement bien passé. « J’aime bien sentir mon corps flotter dans l’eau, dit-elle, alors que de grosses gouttes roulent de ses cheveux. En plus, en apprenant maintenant à faire les bons mouvements, à souffler et à bien battre des jambes, je pourrais nager cet été à la plage. »

A travers cette opération, le Secours populaire poursuit aussi des objectifs immédiats, comme permettre à plus d’enfants de partir en vacances. « L’une des raisons de notre participation à cette opération avec les centres Récréa est la possibilité pour ces enfants d’obtenir ’’le certificat d’aisance’’ indispensable pour leur inscription, par le biais du Secours populaire, en colonies pour les vacances d'été », explique Fabien Martin, membre du comité national. L’autonomie dans l’eau contribue donc aussi à faire respecter le droit de tous aux vacances.

Au fur et à mesure de la séance, les petits, qui visiblement n’avaient pas l’habitude de l’eau, se sentent plus en confiance. Petra et sa copine Fatoumata ont même fini par nager sans tenir le mur du grand bassin. Le début de belles aventures.

 

 

"Comme un poisson dans l'eau": 5 ans déjà

  • Plus de 2 000 enfants auront appris à nager grâce à l’opération « Commea un poisson dans l’eau ».
  • 1 enfant sur 2 ne sait pas nager à l’entrée en classe de 6e, selon une enquête réalisée par la Fédération Française de Natation.
  • 1 169 noyades accidentelles ont été recensées par l’Enquête NOYADES 2018 de Santé Publique France, et 254 personnes sont décédées.

Mots-clés