Mort d’un secouriste de PMRS, près de Bethléem [Archivé]

Il avait 17 ans. Il vivait en Cisjordanie. Il était secouriste, membre de la Palestinian medical relief society (PMRS), partenaire du Secours populaire. Mercredi 27 mars, Sajed Mizher a été blessé mortellement, au sud de Bethléem, par un tir de l'armée israélienne.

Jeune secouriste de 17 ans, Sajed Mizher est le second membre de PMRS a être tué par un soldat israélien en moins d'un an.
PMRS

Depuis le matin, des troupes intervenaient dans le camp de réfugiés palestiniens de Dheisheh. Selon PMRS, le jeune bénévole faisait partie de l’équipe médicale qu’elle avait dépêchée sur place pour porter assistance aux blessés. En tant que tel, il était identifié, avec ses badges et son gilet, comme un secouriste.

« Nous avons d’abord appris qu’il était blessé au ventre. Puis, qu’il était hospitalisé. L’hémorragie n’a pas pu être contrôlée, il est mort à la suite de deux arrêts cardiaques », se souvient douloureusement Camille Guérin, membre du Secours populaire, en mission en Cisjordanie, à Ramallah, au même moment. Il était choqué, au même titre que les équipiers de PMRS, nombreux à avoir côtoyés Sajed Mizher.

Le Secours populaire apporte son soutien

Le président du Secours populaire, Julien Lauprêtre, a envoyé un courrier à Federica Mogherini, la haute représentante de l’Union européenne pour les affaires étrangères, rappelant que « tirer sur du personnel médical est un crime de guerre comme défini par les conventions de Genève ». Le courrier demande aussi à ce que la haute représentante de l’UE « soutienne (…) toutes les activités qui matérialisent (…) la solidarité ».

Cette tragédie intervient quelques mois après la mort d’une autre jeune volontaire de PMRS dans la bande de Gaza, Razan al-Najjar, qui avait 21 ans. Cela illustre les dangers auxquels sont confrontés quotidiennement les jeunes volontaires de PMRS.

Liens

Mots-clés