Le Liban au bord du gouffre : le SPF intensifie sa solidarité

Le Secours populaire français débloque un fonds d’urgence de 50 000 euros pour soutenir son partenaire Development for People and Nature Association (DPNA) au Liban. La population libanaise, meurtrie par une crise économique sans précédent, a plus que jamais besoin de notre solidarité.

L'association DPNA lors d'une action d'aide alimentaire pour les familles pauvres libanaises et les familles réfugiées syriennes.
DPNA / SPF

Triste centenaire

Le Liban, en cette année 2020, devait célébrer son centenaire. Mais c’est à la pire crise économique de son histoire que le pays du Cèdre doit actuellement faire face. Dette publique atteignant 170% du PIB, inflation monstre ayant augmenté de 55% en une année, effondrement de la livre libanaise : le gouvernement s’avoue impuissant devant cette situation désastreuse. Aujourd’hui, c’est plus de la moitié de la population libanaise qui se retrouve sous le seuil de pauvreté. L’huile et le sucre sont devenus des produits de luxe, s’acquitter des factures d’électricité et les loyers de véritables défis. Les destructions d’emploi sont massives et les salaires ne valent plus rien.

L’économie du Liban, reposant essentiellement sur les transferts d’argent de la diaspora et les investissements des pays du Golfe, s’est fragilisée depuis les années 2010 et les tensions politiques qui traversent la région depuis que la guerre sévit en Syrie. A l’automne 2019, de nombreuses manifestations citoyennes agitaient le pays, sommant un régime miné par le clientélisme et soumis aux conflits de communauté de se réformer. La pandémie de Covid-19 a accéléré l’effondrement de la livre et plongé le pays au bord du gouffre. La conséquence de cette situation de tension limite est une situation humanitaire dramatique. 

Le Secours populaire débloque un fonds d’urgence de 50000 euros et lance un appel aux dons

Face à cette crise économique sans précédent qui frappe le peuple libanais, le SPF a décidé de débloquer un fonds d’urgence de 50 000 euros et lance un appel aux dons pour soutenir son partenaire sur place, l'association DPNA, dans l’intensification de la solidarité déjà mise en œuvre durant la pandémie et l’impulsion d'actions d'urgence pour offrir une réponse plus forte encore à cette situation de détresse. Ces actions d'urgence consistent en des aides alimentaires, distributions de produits de première nécessité et fourniture de kits de produits d’hygiène. Au Liban, DPNA et, à travers elle, la population libanaise en souffrance, comptent sur notre solidarité.

La longue histoire du Secours populaire au Liban

Depuis 1975 (c’est-à-dire le début de la terrible guerre civile dans laquelle s’est abîmé le pays durant quinze années), le Secours populaire intervient au Liban. Depuis sa création en 2003, il apporte son soutien à l’association DPNA (Development for People and Nature Association), avec laquelle des liens étroits ont été noués. Ce partenariat a permis au fil du temps de mettre en œuvre des actions d’urgence pour les victimes de la guerre, des distributions alimentaires ainsi que des programmes sanitaires, de constructions d’écoles et de centres médicaux. Depuis 2012, le Secours populaire et DPNA apportent également une aide aux millions de réfugiés syriens vivant au Liban, dans des familles libanaises ou dans des abris de fortune. 

Aux hommes, aux femmes et aux enfants les plus vulnérables du Liban, le SPF apporte depuis 45 ans un soutien tant matériel que psychologique et social. Dans le cadre du partenariat avec DPNA, des camps de vacances seront mis en place cet été : accueillis dans trois "villages Copain du monde" sis dans la commune de Jezzine, des enfants en situation de grande vulnérabilité pourront manger à leur faim et s’offrir une parenthèse estivale dans un quotidien marqué par le stress et les privations. Au coeur de la tourmente, ces actions en direction des plus jeunes apparaissent plus que jamais indispensables.

 

Fichiers

Pas d’action sans don !

Votre soutien financier nous permettra d’apporter une solidarité concrète aux victimes. L’ampleur de l’aide dépendra des fonds que nous réussirons à collecter.

Mots-clés