Des vivres et des semences contre la faim au Mali

Des centaines de familles échappent à la faim grâce à plusieurs distributions alimentaires dans la région sahélienne de Kayes. L'apport de semences de maïs et d'arachide permet aux paysans de préparer la prochaine récolte.

Les paysans du village de Kakoulou on reçu des semences avec lesquelles ils pourront préparer les futures récoltes.
Amcid

« Insécurité alimentaire et malnutrition au Mali touchent l’ensemble du pays de façon chronique », signale le Bureau de Coordination des Affaires Humanitaires des Nations Unies. Dans la région de Kayes, par exemple, à cause d’une forte sécheresse, les récoltes sont insuffisantes pour apporter à plus de 500.000 habitants le niveau de calories requis pour un bon fonctionnement physiologique. Le Secours populaire vient d’y financer plusieurs opérations humanitaires.

Près de 50 % des 18,9 millions de Maliens vivent avec moins de 2 dollars par jour      (Nations Unies, 2018)

Pour venir en aide à 610 familles des communes de Guidimé et de Diafounou-Diongaga, une distribution de mil, de sorgho, de sucre et d’huile a été organisée le 25 août. L’opération a été menée sur le terrain par les bénévoles de l’AMSCID, le partenaire local du SPF. Au préalable, les denrées avaient achetées dans le pays afin de favoriser l’économie locale. Le financement apporté par le SPF s’élève à 33 000 euros, tandis que son partenaire l’Association catalane pour la paix a contribué à hauteur de 5 000 euros.

Des milliers de villageois.es ont reçu de quoi se nourrir

En mars dernier, le SPF avait organisé une première distribution de 68 tonnes de mil, de sorgho et de riz auprès d’environ 2500 personnes vivant dans six villages de la commune rurale de Guidimé. Les récoltes ayant été très insuffisantes, les paysans font face à la pénurie de semences pour redémarrer une récolte pour l’année 2018-2019. Pour faire face à ce danger, l’AMSCID a acheté des semences, de qualité et reproductibles, de maïs et d’arachide et les a livrées, mi-juillet, aux paysans du village de Kakoulou. Ces opérations ont été financées à 56 000 euros par le SPF.

Le pays est au 175e rang de l'Indice de développement humain 2018 des Nations Unies

Au niveau du pays, plus de 4 millions d’hommes, de femmes et d’enfants – soit plus d'un Malien sur cinq – ont besoin d’une aide alimentaire urgente, y compris 795 000 personnes qui ont besoin d'une assistance humanitaire immédiate. L'insécurité alimentaire s’est fortement étendue depuis 2016, puisqu’il y a deux ans 3 millions d’habitants en souffraient.

Un stress alimentaire qui reste chronique

Le bilan est aussi lourd du côté des enfants : 850 000 sont exposés à la malnutrition en cette période de soudure, selon l’Unicef. La situation des petits est chroniquement fragile dans ce pays se situant au 175e rang, sur 188, de l'Indice de développement humain (PNUD, 2016) :  un enfant sur dix meurt avant d’atteindre l’âge de cinq ans. Grâce à la générosité de ses donateurs, le Secours populaire continuera de s'impliquer.

Liens

Fichiers

Mots-clés