Au SPF, rien ne se perd tout se transforme... [Archivé]

Depuis un an, le comité de Lomme dans le Nord offre deux nouveaux services aux personnes aidées. Un « Repair café » et une « Bricothèque ». Plus qu’une aide matérielle, c’est aussi une réflexion sur notre société de consommation que proposent les bénévoles.

Salima est venue faire réparer son fer à repasser au comité de Lomme
Jean-marie Rayapen

« Aujourd’hui, une fois cassé un objet est jeté. Alors que parfois il suffit juste de changer une pièce. Les personnes sans moyens ne peuvent pas se racheter les choses alors le mieux est de les aider a réparer elles-mêmes » explique Muriel Sergheraert responsable du comité. C’est pour répondre à cette question que deux fois par semaine, le vendredi et le samedi Alban, bénévole reçoit des personnes ayant besoin d’une aide pour réparer des objets de la vie quotidienne : imprimante, cafetière, trottinette, aspirateur…  Responsable du « Repair café », il accueille ainsi depuis février 2017, date de l’ouverture du lieu environ 3 à 4 personnes par semaine.Une des règles de ce lieu est de ne pas faire complètement à la place des personnes, mais de leur apprendre à bricoler. Pour que par la suite, celles-ci puissent faire face à des pannes relativement basiques de la vie quotidienne.

Au Secours populaire, on ne jette rien !

Ce jour là Salima est venue avec un fer à repasser qui ne fonctionne plus. Gentiment et avec beaucoup de patience, Alban lui explique les premiers gestes à faire quand un fer à repasser ne chauffe plus. Après quelques manipulations, le diagnostic est posé. Le fer est entartré. Pour régler ce problème Salima devra mettre du vinaigre blanc dans le réservoir, une fois rentrée chez elle. Et si jamais cela ne suffisait pas, il lui propose de revenir. Car le mot d’ordre des bénévoles, c’est de ne rien jeter. C’est ainsi que tous les tableaux qui sont donnés au Secours populaire sont démontés, les cadres revendus à la boutique solidaire et tous les canevas recyclés en sacs de plage par une bénévole, ancienne couturière.

Devenir un apprenti bricoleur

Quelques mètres plus loin, se situe la « Bricothèque ». Un espace où est entreposé du matériel de bricolage : scies-sauteuses, débroussailleuses, perceuses, décolleuses… En contrepartie d’un chèque de caution et du dépôt d’une pièce d’identité, le public peut emprunter tous les outils dont il a besoin. Pouvoir entretenir son logement et en faire un lieu agréable est important comme l’explique Jean-Marc bénévole du comité « Vivre dans un cadre de vie propre et entretenu c’est plus agréable, et puis on reçoit plus facilement des amis ou de la famille ». Là aussi, on donne des conseils, d’une part pour choisir les outils appropriés aux travaux et d’autre part pour que les personnes ne se lancent pas dans des opérations trop compliquées et longues. Des ouvrages de bricolage sont également mis à la disposition des personnes aidées.Mais le « petit plus », c’est le prêt « de kits événements ». Besoin d’une plancha ou d’un appareil à raclette pour faire une fête entre amis ou des jeux de plein air pour la fête d’anniversaire du petit dernier, les kits événements sont là pour répondre à toutes ces demandes.

Des aides pour partir en vacances

Alors que les vacances se préparent, les demandes concernent aussi tout ce qui à trait au camping : duvets, tapis de sols, tentes, réchauds à gaz…Marie Dautriche, aidée par le SPF depuis son divorce, a pris rendez-vous aujourd’hui car elle a besoin d’une tente deux places pour sa fille Angeline, âgée de 12 ans, qui part cinq jours en randonnée cycliste. « Ma fille doit relier Lille à Dunkerque en vélo avec 220 jeunes du diocèse. Elle a un vélo mais nous n’avons pas de matériel de camping. Une simple tente coûte 70 euros. Alors le mieux c’est de l’emprunter ici ». Contre 2 euros par jour cela ne lui coûtera que 10 euros. Angeline assiste à un cours de montage et de démontage de la tente. Elle se dit confiante et prête pour cette belle aventure estivale. «Je n’ai jamais campé mais cela ne m’effraie pas » nous confie-t-elle. Alors qu'elle repart avec sa tente sous le bras, c’est en chœur que Muriel, Jean-Marc, Régis et Alban lui souhaitent « bonnes vacances ».

Mots-clés