Les enfants font leurs affiches au musée de Lyon [Archivé]

Une main tendue tracée au crayon noir comme par un enfant, deux ailes, l’une bleue, l’autre rouge, le logo du Secours populaire résume l’ambition de ses bénévoles : aider, aller vers l’autre. A Lyon, les enfants de l’accompagnement scolaire du Secours populaire ont découvert l’histoire de cette petite main ailée au Musée de l’imprimerie et de la communication graphique.

Un groupe d'enfants bénéficiant de l'accompagnement scolaire du Secours populaire était invité au Musée de l'imprimerie de Lyon.
Jean-Marie Rayapen

Une fois passé le portique en pierres taillées datant de la Renaissance, une dizaine d’enfants, quelques parents et des bénévoles découvrent la petite cour minérale percée de petite fenêtre étroite, autour de laquelle le musée est lové.

Direction les salles d’exposition. Une guide leur explique l’histoire du Secours populaire à travers une centaine d’affiches portant la petite main ailée : campagne vacances, Père Noël vert, « Pauvre France » l’enquête photographique qui donnait à voir la vie des gens sous le seuil de pauvreté… Ahmed, 8 ans, sa petite sœur Haya et leurs copains sont très concentrés. Ils baignent dans les couleurs claires que leur renvoient le ballet des affiches.

Une école hors les murs

L’accompagnement scolaire, ce n’est pas seulement aider à faire les devoirs ou expliquer les leçons. C’est aussi ouvrir l’horizon des petits, qui vivent dans des familles soumises au travail précaire et aux fins de mois difficiles ; et c’est établir une relation qui aide à faire grandir. « Nous, ça été une sortie au cirque et bientôt nous irons à la piscine », explique Maïwenn, étudiante de 18 ans, qui accompagne Saïd, 9 ans. Elle va chez lui chaque mardi soir.
 

« Quand j’arrive, il a déjà fait ses devoirs. On revoit tout et les notes suivent, c’est logique. Il a surtout besoin d’être rassuré car il ne comprend pas toujours les questions que lui pose son institutrice, à cause de certaines subtilités de la langue française. » Saïd se tient à côté d’elle : « Je travaille beaucoup pour entrer dans le collège de mon choix », dit le garçon à l’air très réfléchi et très mature pour son âge. « J’aime les sorties avec Maïwenn car j’apprends plein de choses. »

Les enfants ont découvert la richesse de l'histoire du Secours populaire à travers ses affiches.

Les enfants ont découvert la richesse de l'histoire du Secours populaire à travers ses affiches.

Retour au rez-de-chaussée, le petit groupe pousse la lourde porte ornée de ferronnerie de l’atelier d’imprimerie. Il est accueilli par Fernande, médiatrice culturelle. Au programme, composer un texte avec des petits caractères en plomb, comme le faisaient les imprimeurs du début du XXe siècle. Chaque enfant s’applique, assis devant des grandes casses en bois. A leurs côtés, Pauline et Danielle, deux ex-enseignantes qui participent à l’accompagnement scolaire. « C’est un échange, nous sommes souvent invitées à dîner. On discute beaucoup. Des liens se nouent avec la famille. Chut, c’est un secret ! », s’amusent-elles.

Après le texte, il s’agit de préparer l’affiche avec de l’encre bleu, magenta et jaune. Les enfants les étalent avec des petits rouleaux à gouache, créent des motifs, s’inspirent les uns des autres. « Ça fait du bruit, on dirait un petit oiseau », dit Ritej, 4 ans et les cheveux tout frisés, en entendant le bruit produit par les allers-retours des rouleaux.

Les imprimeurs en culottes courtes

Dernière étape, la presse. Les enfants impriment le texte qu’ils ont composé sur les affiches qu’ils ont enduit d’encres. Rachel, agent d’accueil du musée, les a suivis. Elle est éblouie par ce qu’elle voit : « Ils sont attentifs parce qu’ils savent pourquoi ils sont là. On voit leur plaisir à travers leur spontanéité. C’est le fruit d’un très grand travail de préparation des bénévoles. »

Ce travail effectué durant toute l’année scolaire ouvre des perspectives. La petite Aïcha, très à l’aise à l’atelier d’imprimerie, a déjà visité des musées lyonnais avec Danielle. Elle a appris l’existence de la Joconde et avait pour rêve d’aller au Louvre pour admirer son sourire énigmatique. Sa mère travaille dans la restauration scolaire et ne peut pas vraiment aider sa fille dans sa scolarité, mais a arrangé un séjour à Paris pour réaliser le rêve de sa fille aînée. « C’était magique », se rappelle Aïcha, qui repart avec son affiche dont l’encre est encore fraîche.

 

 


Le logo du Secours populaire français par Grapus

Encore quelques jours pour découvrir l’aventure graphique du Secours populaire français et son exigence en matière de communication et de valorisation de ses actions. L’exposition est visible du 16 novembre au 24 février 2019 au Musée de l’imprimerie et de la communication graphique de Lyon.

En 1981, le collectif graphique Grapus propose une nouvelle identité visuelle au Secours populaire. Une main ailée, les couleurs « bleu, blanc, rouge », un nom écrit à la main sont désormais associés à l’association. Puis, ce sera les affiches de l’Atelier de création graphique. L’exposition propose près de 180 documents et un ouvrage aux éditions deux-cent-cinq.

Les prochaines visites guidées auront lieu les vendredi 22 février de 15h30-16h30 et dimanche 24 février de 15h-16h30. Visites libres du mercredi au dimanche inclus, de 10h30 à 18h, entrée 6/4€

Informations au 04 37 23 65 43

Mots-clés