Une Maison de l'Enfance pour les familles d'Otsuchi

Suite au tsunami du 11 mars 2011, le SPF a permis la consctruction d'une "Maison de l'enfance" offrant des activités de loisir et un soutien psychologique aux familles d'Otsuchi.

  • Mis à jour le :

En bref

Pays :
  • Japon
Date projet :
2012 - 2013

Otsuchi, une ville martyre

Otsuchi, petite ville de la préfecture d'Iwate, comptait 17.000 habitants avant la catastrophe. Le vendredi 11 mars 2011, un séisme de magnitude 8,9 sur l'échelle de Richter a secoué la ville, et quelques minutes plus tard, la vague du tsunami s'est engouffrée dans l'anse et a emporté la ville et ses habitants. Dans le même temps, la ville a également subi un terrible incendie due à une explosion de gaz qui a alourdi le bilan humain de la catastrophe. Au total, plus de 1.700 personnes ont perdu la vie à Otsuchi ce jour-là. Nombreux sont les survivants qui ont perdu un proche dans la catastrophe. La moitié des habitants ont vu leur maison être emportée par les flots. On dénombre alors plus de 6.000 sans-abri.Aujourd'hui, Otsuchi, c'est un paysage lunaire, quelques carcasses de bâtiments et de voitures, une ville où les habitants choqués se sont retranchés à l'autre bout de la ville, loin de la côte, relogés dans des préfabriqués. C'est une ville qui essaye de se reconstruire et de tourner la page d'un drame humain sans précédent mais où la vie reprend difficilement son cours. C'est aussi une ville vieillissante qui se vide de sa jeunesse partie chercher un avenir meilleur hors de cette région : entre 10 et 20% d'entre eux seraient partis ailleurs chercher du travail et refaire leur vie.

Aider les enfants à surmonter le traumatisme

C'est dans ce contexte que le Secours populaire a soutenu le projet de Maison de l'Enfance en lien avec les associations japonaises CCP et Liens populaires. La Maison de l'Enfance est plus qu'un centre de loisirs qui organise des activités culturelles, ludiques et pédagogiques pour les enfants des familles relogées dans les préfabriqués. Les équipes du centre apportent un soutien psychologique aux familles et les épaulent pour dépasser le traumatisme et traverser les difficultés du quotidien. Le projet est tourné vers l'avenir. En s'adressant aux jeunes et aux enfants, il se veut symbole d'espoir. Il offre à la jeunesse un lieu d'études, d'expression et de jeu pour les aider à surmonter le traumatisme de la catastrophe, à sortir d'un quotidien devenu difficile depuis le 11 mars, et d'aller de l'avant.La Maison de l'Enfance est adjacente à des bâtiments temporaires abritant quatre écoles élémentaires et un collège accueillant 1.000 élèves. Plus de 500 élèves suivent déjà les ateliers proposés par l'association CCP dans ce bâtiment de 165m² : sport, lecture, activités manuelles et de création... A terme, la gestion de ce centre sera confiée à la municipalité d'Otsuchi qui s'entourera d'un comité opérationnel composé de parents, d'associations locales, de bénévoles mais aussi des professionnels du secteur médical et éducatif.Le Secours populaire s'est engagé à hauteur de 94.000 euros sur ce projet. Le programme d'un budget global de 590.000 euros est également financé par Japan Platform. Le lundi 28 mai 2012, une délégation du Secours populaire conduite par son Président, Julien Lauprêtre, et ses partenaires japonais CCP et Liens populaires ont inauguré cette Maison de l'Enfance, en présence d'un représentant de l'Ambassade de France au Japon, de représentants du maire d'Otsuchi et de l'Education nationale.

Du 26 au 30 mai 2012, une délégation du Secours populaire s'est rendue au Japon, sur la zone touchée par le tsunami. Elle est allée à Ostuchi pour inaugurer la Maison de l'Enfance, un centre de loisir qui assure un soutien psychologique aux enfants et à leur famille. Elle a ensuite remis 50 ordinateurs et du matériel scolaire à l'école Togura (à Minamisanriku-cho) pour que les enfants japonais correspondent avec les enfants français des clubs copain du Monde.

Localisation

Mots-clés