Népal, le chemin de la reconstruction

Le Secours populaire français s’est engagé dans la réhabilitation d’écoles au Népal, après l’aide d’urgence apportée au lendemain des séismes d'avril 2015.

  • Date de mise à jour :
Deux ans après le séisme, l’école secondaire de Shree Rudrayanee à Kokhana a rouvert ses portes à 207 écoliers.
Raj Babu Shrestha

Après l’aide d’urgence apportée au lendemain du tremblement de terre qui a dévasté le Nepal le 25 avril 2015, le Secours populaire français s’est engagé dans la reconstruction d’écoles avec son partenaire local Urban Environment Management Society (UEMS). Les destructions massives d’écoles publiques engendrées par le séisme et ses nombreuses répliques ont eu pour conséquence de priver un million d’enfants d’accès à l’éducation et d’accroître le risque de déscolarisation, les parents n’ayant pas les moyens de payer une école privée.

Une école pilote pour la région

Deux ans après le séisme, l’école secondaire de Shree Rudrayanee à Kokhana a rouvert ses portes à 207 écoliers. L’adaptation de l’infrastructure de l’école aux normes anti-sismiques et l’amélioration des conditions d’hygiène favorisent le retour à l’école des enfants et l’accueil de personnes en situation de handicap. En effet, les sanitaires initiaux n’étaient pas adaptés aux enfants et ne disposaient pas de toilettes réservées aux filles. Parallèlement à cette amélioration, le système d’adduction d’eau potable a été restauré.

Une nouvelle école soutenue par la fédération de l’Essonne

Fort de cette expérience pilote à Kokhana, un nouveau chantier s’engage sous l’impulsion de la fédération de l’Essonne dans la ville de Siddhipur (district de Lalitpur) : la reconstruction de la Shree Siddhimangal Madhyamik Vidyalaya Secondary School. Ville historique située dans la vallée de Katmandu, Siddhipur est majoritairement habitée par l’ethnie Newar. Jusqu’en avril 2015, l’école communautaire villageoise publique assurait toutes les classes de la maternelle jusqu’au secondaire et accueillait 522 élèves, dont une majorité de filles.

Favoriser la scolarisation des filles

Outre la prévention des risques sismiques, la reconstruction permettra la remise en état de 8 salles de classe, d’un laboratoire de sciences, de la bibliothèque, et des sanitaires non mixtes, dans l’optique de favoriser la scolarisation des filles. Pour financer ce projet, la fédération de l’Essonne s’appuie sur des fonds propres alimentés par la générosité du public et recherche le soutien de fondations et d’entreprises souhaitant s’impliquer dans l’accès à l’éducation. Rendez-vous dans un an, pour l’inauguration de l’école…

 

Mots-clés