Un modèle de développement local

Le SPF a reçu les éloges des évaluateurs de la Commission européenne pour son projet mené à Ahuachapan Salvador depuis 10 ans. Un encouragement à poursuivre cette aventure et à l´étendre à de nouvelles régions.

  • Mis à jour le :

En bref

Pays :
  • Salvador
Date projet :
2011 - 2013

Suite aux tremblements de terre en 2001 et à la chute des cours du café, le Secours populaire est venu répondre à une situation d'urgence alimentaire au Salvador. Un programme de développement local a été mis en place avec l'association salvadorienne Fondation pour le développement socio-économique et la protection de l'environnement (FUNDESYRAM), en s'appuyant sur la mise en culture de lopins de terre et l'élevage d'animaux. De quoi offrir un avenir plus optimiste aux habitants de l'Ahuachapan où 45% des familles vivent dans des conditions de pauvreté absolue selon un rapport du Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD).Le projet du SPF a l'ambition d'améliorer les conditions socio-économiques, environnementales et culturelles des populations paysannes pauvres de l'Ahuachapan en dynamisant le développement local et en encourageant les habitants à mettre en place une agriculture diversifiée et raisonnée. L'objectif principal qui était d'assurer la sécurité alimentaire des paysans et réduire l'extrême pauvreté des communautés rurales a été atteint et même dépassé. Les familles participant à ce programme se sont vu attribuer une dotation en intrants et en petits animaux d'élevage leur permettant de démarrer leurs exploitations respectives. A charge pour chaque famille de les restituer dès que la production le leur permettraient afin d'en faire bénéficier une autre famille.  

Renforcer l'organisation communautaire et le lien social pour favoriser le développement local

Pour mener à bien ce projet, le SPF accompagne les associations de développement communautaire (ADESCOs) et l'association agropastorale de producteurs (AGROCESA) afin de consolider les liens sociaux entre paysans, le tissu économique local et d'organiser la distribution sur le marché des produits du maraîchage et de l'élevage. Les ADESCOs jouent ici un rôle de médiation, d'appui et de gestion des ressources communes. Afin de se concerter, 254 réunions de suivi avec les ADESCOs ont été menées entre 2008 et 2011.Respectant le principe d'autogestion des ADESCOs, le SPF et la FUNDESYRAM ont limité leur rôle à l'accompagnement technique et administratif. Elle apporte ainsi son expertise technique aux familles qui souhaitent développer leurs exploitations: un diagnostic agro-entrepreneurial est alors réalisé afin d'examiner leur fonctionnalité et les renforcer, en se basant sur des critères de marché et de production.Le regroupement en association permet également d'engager des projets novateurs. Ainsi, l'association agropastorale (AGROCESA) crée les conditions pour la préparation des produits locaux issus de l'élevage et leur commercialisation : un abattoir et un centre de conditionnement de la viande a pu être construit et équipé.

Une agriculture diversifiée et raisonnée en harmonie avec l'environnement

Le développement local impulsé par les ADESCOs et l'AGROCESA a porté ses fruits. Depuis avril 2008, les revenus mensuels par famille ont augmenté de 36% : le revenu mensuel moyen par famille est passé de 76.27 dollars à 103.86 dollars par mois."Mes enfants seront moins pauvres que moi" témoigne Felipe Garcia, agriculteur bénéficiaire du projet.Les missions de sensibilisation ont également joué un rôle important : le réseau de promoteurs en nutrition a parcouru les communautés pour dispenser une quinzaine de formations sur le rôle des vitamines, la médecine naturelle, l'hygiène, la santé préventive nutritionnelle, l'alimentation équilibrée. Entre 2008 et 2011, l'état nutritionnel de 279 enfants de 0 à 5 ans s'est amélioré de 23%.Ce programme a été mené avec le soutien de la Commission européenne qui salue la qualité des résultats dont les bénéfices se font directement ressentir auprès des populations. En 10 ans, le programme a bénéficié à 25 000 personnes dans une région déshéritée du Salvador.

Localisation

Mots-clés