Un disque pour les défavorisés du Chili

Des artistes ont proposé, en 1977, au Secours populaire de graver un disque, pour financer les cantines populaires. Le témoignage de Léon Dujardin, extraits.

  • Date de mise à jour :
Maxime Le Forestier, qui démarrait à l'époque, avait été très surpris du nombre de disques vendus.
Tous droits réservés

Les chanteurs -il y avait des chanteurs parmi les Chiliens- ont imaginé une autre forme de solidarité, un disque(1) pour le Chili (...). Ils étaient venus nous trouver, au Secours populaire, pour nous demander de prendre en charge la fabrication, tout. C'était Michel Piccoli et sa secrétaire qui s'occupaient de demander à chaque auteur/acteur de renoncer à leurs droits. Je suis allé voir l'agence qui protège les auteurs, acteurs et interprètes pour qu'eux aussi renoncent à leurs droits. Ce qu'ils ont accepté. C'est Barclay qui l'a fabriqué (le disque) et nous a pris le minimum : le disque nous revenait à 4 francs et était vendu 40. Ca faisait beaucoup. Cela permettait d'envoyer de l'argent pour les cantines du Chili. Ce qui les a fait vivre, je crois, pendant plus d'un an (...). Au point que Maxime Le Forestier, qui démarrait à l'époque, avait été très surpris du nombre de disques qu'on avait vendus. Il m'a dit : jamais je n'en ai vendus autant (fin 1978, un million de repas ont été offerts - en mai, le comité EDF-GDF, à lui seul, a vendu de quoi en financer 24 000.
NDLR

(1) Le disque sorti le 20 décembre 1977, comptait avec les chansons de Georges Brassens, Julien Clerc, Jena Ferrat, Juliette Gréco, Maxime Le Forestier, Colette Magny, Yves Montand, Mouloudji, Georges Moustaki, Serge Reggiani, Francesca Soleville, Anne Sylvestre.

Dossier

Mots-clés