Sri Lanka : le SPF témoigne

Les équipes du SPF présentes sur le terrain témoignent

  • Date de mise à jour :

L'efficacité du travail inter-régionalSuite aux missions d'urgence du mois de janvier 2005 effectuées par le SPF, il a semblé opportun aux différentes fédérations de travailler ensemble plutôt que d'envoyer chacune des représentants sur place, mutualisant ainsi les frais de mission et le suivi des projets. Par ailleurs, l'ampleur des programmes à  mener justifiait presque naturellement une collaboration au niveau des régions. Le secteur de Matara sur lequel s'est montée une première coordination des régions Centre, Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées avec les départements du Calvados, de Seine-Saint-Denis et Gironde était une zone d'intervention prioritaire définie par le gouvernement sri lankais. Les missions d'urgence de l'année dernière ont jeté les premières bases des projets repris par les différents départements. Le critère a été de définir des programmes de taille raisonnable et pouvant être fractionnés entre les différentes structures du SPF : dans le cadre du projet de construction de bateaux de pêche de la région Centre, par exemple, un comité peut très bien acheter « son » bateau seul ou en collaboration avec un autre comité. D'autre part, chaque région peut piloter un projet particulier en fonction de ses affinités et de ses moyens. Ainsi le Languedoc-Roussillon a eu l'initiative d'un projet de construction de maisons parce qu'il disposait d'un budget déjà conséquent. Idem pour la région Midi-Pyrénées qui pilote le rééquipement en matériel médical d'un hôpital. La région Centre a eu, elle, particulièrement à coeur de travailler pour des enfants. Nous avons ainsi accueilli cet été au Stade de France des enfants que nous avions pourvus en kits scolaires et qui correspondaient déjà avec des écoliers français.Marie-Josée Joly, coordinatrice pour la région Centre du SPF

Dossier

Mots-clés