Sondage Ipsos - Secours populaire français [Archivé]

6ème vague de l'Observatoire de la Pauvreté : les enfants et la pauvreté.

  • Le :

6ème vague de l'Observatoire de la Pauvreté : les enfants et la pauvreté

Le baromètre Ipsos / Secours populaire de la pauvreté permet chaque année de faire le point sur la question de la précarité en France : la manière dont elle est définie, vécue et crainte par les Français. La sixième vague du baromètre, réalisée du 6 au 9 juillet auprès de 1021 Français âgés de 15 ans et plus et interrogés par téléphone, met ainsi en évidence les effets toujours plus dévastateurs de la crise. Cette année, le Secours populaire a souhaité compléter cette interrogation par une enquête auprès d'enfants âgés de 8 à 14 ans, afin de mesurer leur propre perception de la pauvreté et la manière dont ils estiment (ou non) pouvoir agir pour la combattre. Ce volet inédit, réalisé auprès de 500 enfants interrogés par internet du 4 au 11 juillet 2012, révèle une enfance majoritairement sensible à cette question et qui n'est pas épargnée par la crainte de la pauvreté qu'expriment leurs aînés. Si nombre d'entre eux s'estiment aujourd'hui trop jeunes pour aider les personnes pauvres, ils se montrent attirés par de nombreuses actions et convaincus que la pauvreté n'est pas une fatalité.

Les principaux enseignements du baromètre auprès des Français

La part de Français ayant connu une situation de pauvreté est en hausse constante depuis 2009 : ils sont désormais 37% (+2 points par rapport à 2011 ; +7 points par rapport à 2009).La crainte de la pauvreté reste toujours aussi élevée : 56% des Français déclarent s'être déjà dit à un moment de leur vie qu'ils étaient sur le point de connaître une situation de pauvreté (+11 points par rapport à 2007). Le niveau d'inquiétude pour l'avenir des enfants reste lui aussi stable et très élevé : 85% des Français considèrent que les risques que leurs enfants connaissent un jour une situation de pauvreté, sont plus élevés que pour leur génération. Parmi eux, 55% sont désormais convaincus que ces risques sont même beaucoup plus élevés (+5 points par rapport à 2011).Le seuil de pauvreté aux yeux des Français est désormais de 1062 euros. Si ce seuil moyen est supérieur à celui de 2011 (+31 euros), il reste inférieur au SMIC mensuel net (1118,36 euros depuis le 1er juillet 2012) et légèrement supérieur au seuil de pauvreté officiel calculé sur la base de 60% du revenu médian national (954 euros en 2009 selon l'INSEE) et qui sert de base au calcul par la CAF du plafond de revenus jusqu'auquel un individu peut prétendre au Revenu de Solidarité Active (RSA).

Les principaux enseignements de l'enquête auprès des enfants

Les enfants se révèlent très conscients de la pauvreté qui les entoure : une large majorité estime qu'il y a beaucoup de pauvres dans le monde (85%). C'est un peu moins le cas en France : 39% des enfants estiment qu'il y a dans notre pays beaucoup de pauvres, la majorité considérant qu'il y en a un peu (54%). Ils sont majoritairement conscients que dans leur école, des enfants sont moins privilégiés qu'eux : 68% pensent que dans leur classe ou leur école, certains enfants ne partent jamais en vacances par manque d'argent.Les enfants se montrent par ailleurs lucides quant à l'exclusion sociale qui peut naître de la pauvreté, et ce dès le plus jeune âge : 50% d'entre eux ont parfois le sentiment que les enfants pauvres de leur école sont souvent à part. Ils peuvent d'ailleurs participer à cette mise au ban de ces enfants : 12% pensent que ce serait difficile d'être leur ami (surtout les plus petits : 15% des 8- 10 ans).Les petits Français ne sont pas épargnés par la crainte de devenir pauvre, ou le sentiment de l'être déjà : près de 6 enfants sur 10 déclarent avoir peur de devenir pauvre un jour (58%), un chiffre très important et révélateur de la sensibilité des enfants au sujet. Parmi les enfants interrogés, 4% ont par ailleurs déjà le sentiment d'être pauvres.Face à la pauvreté, les enfants expriment un sentiment d'injustice et l'envie d'aider les autres : aux yeux de la majorité, la pauvreté n'est pas due à un manque d'efforts mais à un manque de chance (83%). Elle n'est pas non plus une fatalité : 76% des enfants, lorsqu'ils voient des personnes pauvres dans la rue considèrent que ce n'est pas juste.
Si une très large majorité d'enfants a le sentiment qu'on pourrait faire beaucoup plus de choses pour aider les personnes pauvres (86%), ils sont plus dubitatifs quant à leur capacité à agir à leur niveau : seuls 39% d'entre eux ont le sentiment qu'à leur âge, ils peuvent faire quelque chose pour aider les personnes pauvres.
Pourtant, lorsqu'on leur cite une série d'actions concrètes que des enfants de leur âge sont en mesure de mener, ils se montrent majoritairement intéressés, voire les ont déjà expérimentées (80% des enfants ont ainsi déjà donné leurs vêtements ou jeux lorsqu'ils ne leur servaient plus).Notons enfin que s'ils devaient choisir entre aider des enfants et des adultes en France ou dans d'autres pays du monde, ils choisiraient d'agir en France, un indice supplémentaire qu'aux yeux des enfants, la pauvreté est bel et bien une réalité dans notre pays.

Contact presse
Karine Vauloup
Tél. : 01 44 78 21 57 / 06 77 04 57 33
Mail : karine.vauloup@secourspopulaire.fr

Mots-clés