Sondage Ipsos-SPF 2016

Cette année encore, une très large majorité de Français interrogés dans le cadre du baromètre Ipsos / Secours populaire de la pauvreté considère que le risque que leurs enfants connaissent un jour la précarité est plus élevé que pour leur génération.

  • Date de mise à jour :
Les personnes dans un grand dénuement sont les plus exclues des campagnes de prévention et de dépistage et des soins en général.
Olivier Papegnies

Pour une partie de la population, les difficultés sont d’ailleurs déjà une réalité. Cette année, ce sont en effet 38 % des Français qui nous disent avoir déjà au cours de leur vie connu une situation de pauvreté, soit 3 points de plus que l’année passée. Et les conséquences de ce basculement sont sévères, notamment dans le domaine auquel nous avons consacré la partie thématique de cette enquête : l’accès à la santé. Les difficultés financières poussent une partie significative de la population, et surtout de foyers modestes, à retarder des soins ou à y renoncer totalement. C’est particulièrement le cas dans le domaine dentaire et optique, où l’on observe une hausse inquiétante du report ou du renoncement aux soins, particulièrement chez les plus modestes : la moitié des Français dont le revenu mensuel net du foyer est inférieur à 1 200 euros ont déjà dû reporter ou renoncer à une consultation chez un dentiste (+ 22 points par rapport à 2008) et plus d’un tiers chez un ophtalmologiste (39 % ; + 9 points). Les Français sont d’ailleurs conscients de l’augmentation des inégalités d’accès à la santé (68 % pensent qu’elles se sont aggravées au cours des dernières années). Ils sont sensibles à l’action du Secours populaire dans ce domaine et donnent avant tout la priorité à l’accès aux soins pour les enfants. Des enfants dont il ne faut pourtant pas oublier les parents. Car souvent, en leur donnant la priorité, ce sont leurs parents qui mettent leur santé entre parenthèses, voire même en danger.

Amandine Lama

Amandine Lama,
directrice d’études chez Ipsos Public Affairs
et Mathieu Gallard, chef de groupe

 
 


Sondage réalisé par téléphone du 11 au 15 juillet 2016 auprès de 1 000 personnes constituant un échantillon représentatif de la population française âgée de 15 ans et plus, selon la méthode des quotas : sexe, âge, profession de la personne de référence du foyer, région et catégorie d’agglomération.
Ce rapport a été élaboré dans le respect de la norme internationale ISO 20252 : « Études de marché, études sociales et d’opinion ». Comme pour toute enquête quantitative, cette étude présente des résultats soumis aux marges d’erreur inhérentes aux lois statistiques.

En images

Dossier

Fichiers

Mots-clés