Sur la glace avec les Pères Noël verts [Archivé]

Les Pères Noël verts des Hauts-de-Seine ont invité 400 enfants, accompagnés par 150 adultes, dont de nombreux parents, à la patinoire de Colombes, dans les Hauts-de-Seine, le 19 décembre dernier.

Des centaines d'enfants ont découverts les joies du patinage à Colombes, dans les Hauts-de-Seine, grâce aux Pères Noël verts.
Jean-Marie Rayapen

Ils se pressent dans les gradins, le spectacle va commencer. « La plupart d’entre vous n’a jamais patiné. Aujourd’hui, c’est le grand jour, vous voulez tous chausser les patins ? », interroge depuis la piste de glace l’un des membres de la troupe de patineurs professionnels, qui parle dans un micro. « Oui ! oui ! », répondent les enfants en couvrant sa voix.

S’en suit un spectacle d’une demi-heure. Les garçons et les filles réagissent à la musique, se balancent en rythme. A intervalles réguliers, ils retiennent leur souffle. Les sauts, parfois au-dessus d’une ligne de flammes, et les figures acrobatiques ou poétiques se succèdent, ponctuées par les « Ooooh », les « Aaaah », du public. Les parents sont tout aussi émerveillés que les petits.

La première pirouette arrière, effectuée par surprise par le seul trentenaire de la troupe, avec sa barbe fine et son corps élancé, déclenche un tonnerre d’applaudissement, accompagné d’innombrables : « Maman, tu as vu ce qu’il a fait ? » ; « Papa, comment c’est possible ? »

Après ces émotions fortes, les enfants sont divisés en deux groupes. Le premier va sur la glace, aidé par la troupe de patineurs confirmés qui a fait le spectacle. Les rires s’enchaînent, parfois les petites chutes. Rien de grave.

Les invités du Secours populaire ont assisté à un sepctacle haut en couleur.

Nihad et sa soeur Nizar passent un bel après-midi qu'elles raconteront en détail leurs copines.

 

L’autre groupe monte à l’étage, vers la salle de réception, pour y découvrir des montagnes de jouets au pied d’une petite forêt de sapins, rassemblés pour l’occasion.  Les bénévoles, en t-shirts jaunes sur lesquels sont inscrits « Born to be solidaire » et portant des bonnets de Pères Noël verts, leur offrent des cadeaux, en fonction de leur âge.

Ils apportent aussi un goûter à chacun, tandis qu’un magicien sculpte des animaux à l’aide de ballons, chiens, serpents, chats, etc. Portant des lunettes et un appareil dentaire, Nihad a 12 ans et demi. Elle s’est faite belle et irradie de bonheur.

« C’est génial, j’ai eu une surprise », dit-elle en tendant ses bras pour mieux montrer le gros paquet qu’elle avait placé sous son épaule. « Je le garde dans son beau paquet-cadeau et je le glisserai sous mon sapin à la maison pour avoir la surprise jusqu’au 25 décembre. »

Son père fait « des petits boulots », sa mère cherche du travail. La vie à la maison est « un peu difficile » dans ces conditions, même si ses « parents font tout leur possible » pour que Nihad, sa sœur et leur petit frère passent de bonnes fêtes.

Un magicien faisait apparaitre des grenouilles, des serpents, des chats et des chiens à l'aide de ballons.

Un magicien faisait apparaitre des grenouilles, des serpents, des chats et des chiens à l'aide de ballons.

 

Enjouée, la collégienne pour qui « l’école se passe bien » se dépêche ensuite de redescendre vers la piste de glace afin de chausser les patins et de s’amuser. Décidément, elle est bien décidée à profiter pleinement de cette après-midi enchantée.

Non loin des sapins, un groupe d’enfants mange des friandises à une table. A leur côté, Salma s’est assise, rangeant une béquille le long de sa chaise. Elle est venue avec sa fille Emna, assise en face de sa mère, devant avec ses deux copines.

Plus que les cadeaux et le goûter pour les enfants, ce que préfère Salma, c’est la sortie en elle-même. « Nous en faisons régulièrement avec le Secours populaire d’Asnières. Nous sommes allés au  Jardin d’acclimatation, à Paris, au musée, au cinéma aussi. Ces découvertes sont essentielles pour les petits ; ça ouvre leur horizon. »

Encore dans sa trentaine, Salma ne travaille plus depuis dix ans. Sans diplôme, elle a multiplié les métiers où sa santé a été exposée : les produits détergents utilisés pour le nettoyage d’une clinique lui ont brûlé les bronches.

Nihad et sa soeur Nizar passent un bel après-midi qu'elles raconteront en détail  leurs copines.

Les invités du Secours populaire ont assisté à un spectacle haut en couleur.

 

En plus d’un asthme chronique, la jeune femme a fait une chute dans un escalier, alors qu’elle se dépêchait de rejoindre son travail. Elle souffre depuis tellement du dos, qu’elle a dû mettre un terme à son contrat, mais ne perçoit toujours pas d’allocation adulte handicapée, malgré ses demandes répétées. Elle n’a pas non plus suivi de formation de reconversion.

« Ma fille attendait le spectacle avec impatience, elle m’en parlait tout le temps », raconte Salma, tout sourire. Pour elle, les fêtes de fin d’année ont bien commencé. Au total, la fédération des Hauts-de-Seine du Secours populaire aura apporté 1600 jouets, cette année, aux enfants vivant dans des familles frappées par le chômage, l’impossibilité de travailler et les postes précaires.

Pas d’action sans don !

Votre soutien financier nous permettra d’apporter une solidarité concrète aux victimes. L’ampleur de l’aide dépendra des fonds que nous réussirons à collecter.

Mots-clés