40e Journée des oubliés des vacances: du soleil plein le coeur [Archivé]

La 40e Journée des oubliés des vacances bat son plein : 50 000 enfants profitent d’une sortie à la mer, à la montagne, dans des parcs animaliers ou de loisirs. Reportage à la plage de Deauville où de nombreux petits Franciliens ont goûté aux joies de la mer avec le Secours populaire.

Petite, Binta est souvent venue à la Journée des oubliés des vacances. Maintenant, elle accompagne les petits en tant que bénévole.
NnoMan Cadoret

« Regardez ce bonheur, écoutez leurs rires. Je kiffe ! » Les pieds dans l’eau, Binta surveille la baignade du groupe d’enfants de sa ville, Colombes dans les Hauts-de-Seine, avec lequel elle est venue. Ils courent avec de l’eau jusqu’aux genoux, s’éclaboussent, jouent. « J’étais comme ça au même âge, des supers souvenirs. » A 18 ans, la jeune fille qui porte une casquette jaune du Secours populaire, est bénévole pour la seconde année. « Mais, la Journée des oubliés des vacances, j’y viens depuis que j’ai 5 ans. »

Avec ses frères et sœurs, elle vit dans une famille au « budget restreint ». Un père hôtelier, une mère femme de ménage, alors partir en vacances « c’était compliqué ». « La Journée des oubliés des vacances, ça toujours été LA sortie de l’été, j’attendais ça des mois à l’avance. Et le jour dit, même très petite, je me réveillais toujours tôt, j’étais excitée. »

"J'étais comme ça au même âge, des supers souvenirs"

Baignade, jeux, pique-nique, activités sportives, danse, châteaux de sable, les livres de la maison d’édition Rue du monde, la journée est bien remplie, mais ce qu’elle préfère c’est encore de rencontrer des enfants et des adolescents d’autres villes. « Sur la plage, c’est parfois plus facile que dans le quartier : vous venez d’où ? Venez, on fait le jeu ensemble ! »

Sur la plage, jeux et activités sont proposés par des bénévoles aux petits soins.

Sur la plage, jeux et activités sont proposés par des bénévoles aux petits soins.

 

Aujourd’hui encore, un enfant sur trois ne part jamais en vacances. C’est pourquoi, le Secours populaire organise cette journée de détente après le 15 août, car un petit qui n’est pas parti à cette date ne partira plus. Pour sa 40e édition, la Journée des oubliés des vacances accueille 50 000 enfants et adolescents.

Ils sont 5 000 à s’amuser au parc de Disneyland® Paris. D’autres découvrent les merveilles du Futuroscope ou de l’Aquarium de La Rochelle. Plus studieux, certains vont ouvrir grand leurs yeux et leurs oreilles au Musée de la mine de Saint-Étienne. D’autres encore profitent du grand air sur l’île d’Elbe, au lac de Gérardmer dans les Vosges ou s’ébattre dans les vagues de la Méditerranée à Frontignan.

"Ouvrir les fenêtres et les portes de l'espoir"

À Deauville, ils sont 5 000 à jouer dans la mer, parfois pour la première fois de leur vie. « Je revenais à chaque fois avec quelques coquillages avec lesquels je décorais la traditionnelle rédaction de rentrée sur ce qu’on a fait durant l’été », se souvient en souriant Binta. La jeune fille est heureuse de continuer cette aventure en tant que bénévole : elle permet à d’autres de connaitre de petits plaisirs qui font le sel de la vie : le vent sur le visage, le goût de l’eau de mer, le sentiment de la liberté.

Des bénévoles comme Binta sont « le meilleur exemple que la Journée des oubliés des vacances, ça marche ! Elle a reçu le témoin de la solidarité et maintenant elle le transmet à son tour », se réjouit Henriette Steinberg, secrétaire générale du Secours populaire. Ce type d’événement aide à faire grandir et « ouvre les portes et les fenêtres de l’espoir ».

 

L’association fait appel à tous les gens de cœur. À titre d’exemple, un don de 50 €, soit 12,50 € après déduction fiscale, offre une « journée de vacances » à un enfant. Vous aussi, vous pouvez en offrir à l'occasion du 40e anniversaire de la Journée des oubliés des vacances en cliquant ici.

Site de collecte spécial 40 ans de la Journée des oubliés des vacances.

Site de collecte spécial 40 ans de la Journée des oubliés des vacances.

En images

Liens

Mots-clés