Le dire pour agir

La démarche « le dire pour agir » met la parole au cœur d’un projet d’émancipation pour faire échec à l’inacceptable pauvreté.

Mettre la parole au coeur d'un projet

La démarche « le dire pour agir » met la parole au cœur d’un projet d’émancipation pour faire échec à l’inacceptable pauvreté. Ce choix s’appuie sur plusieurs constats. Le premier a trait au fait que nous sommes l’espèce parlante et que ce qui a favorisé notre humanisation depuis que nous sommes au monde, c’est le langage. L’usage des symboles que sont les mots est à l’origine des organisations sociales et des cultures, lesquelles sont sans exemple dans la nature. La parole humaine construit les personnes. Elle leur permet d’échanger des sentiments et des idées, d’analyser leur situation et de faire des projets. Elle fait barrage à ce qui les submerge intérieurement en leur permettant de le formuler. Elle se trouve ainsi aux prémices de la maîtrise de soi et de l’action concertée. Autre constat : la souffrance des sans-argent, induite par leur marginalisation dans une société de l’exhibition et de l’abondance, porte atteinte à ces pouvoirs de la parole. Et cela d’autant plus violemment que l’éducation qu’ils ont reçue, les a convaincus que ce qu’ils ressentent, vivent, pensent et veulent, ne compte pas. Résultat : ils perdent l’estime d’eux-mêmes, se taisent, renoncent à plusieurs de leurs droits, s’adaptent sans espoir à leur situation de survie. C’est en pleine connaissance de ces phénomènes, et mu par la volonté de réduire l’écart entre les droits à la parole, proclamés par le droit national et international, et la réalité vécue, que le Secours populaire a initié la démarche « le dire pour agir ». Celle-ci s’incarne de plusieurs façons. Dans l’intimité des entretiens individuels au sein des permanences d’accueil, dans la mise en place d’ateliers d’écriture, de théâtre, d’audiovisuel, de slam, de rap… dans la diffusion des Cahiers « le dire pour agir » et le présent site Internet.

Faire entendre la voix des plus démunis

Les Cahiers « le dire pour agir » sont le support d’une action publique du Secours populaire pour faire entendre la voix des plus démunis. Créés en 1998, les Cahiers répondent à un double objectif : être un espace d’expression et concourir à la fonction d’alerte du Secours populaire auprès de l’opinion et des pouvoirs publics. Ils sont disponibles dans les fédérations de l’association, ses comités et antennes.

1989

Le Secours populaire diffuse dans toute la France les « Nouveaux cahiers de doléances ». Près de 800 000 personnes ont alors répondu aux questions posées sur les conditions de vie des plus pauvres. Le constat d’une détresse grandissante a fait l’objet d’un recueil de témoignages remis au président de la République, aux parlementaires et aux maires de toutes les villes. Cette initiative a contribué à la mise en chantier de la loi pour lutter contre les exclusions qui sera votée en 1998.

1998

Les Cahiers « le dire pour agir » sont lancés dans la perspective de faire un nouvel état des difficultés vécues mais aussi pour répondre au désir manifesté par les personnes aidées de s’exprimer plus largement qu’en répondant à des questions. La perspective de l’année 2000 incite à utiliser pleinement cet espace d’expression pour dire non seulement les réalités de sa vie mais aussi ce que l’on voudrait qu’elle soit, ce qui interroge, ce que l’on pense. De l’été 98 à l’hiver 99, le Secours populaire entretient, partout en France, une formidable animation autour du droit et du plaisir de s’exprimer, de penser, d’imaginer. Des adultes de tous les âges et de toutes conditions, des enfants, des jeunes, écrivent, dessinent, dans les permanences d’accueil du Secours populaire, les rues, les écoles, les lieux de loisirs et de fête. Et même dans plusieurs pays d’Europe où les Cahiers seront traduits. Des ateliers d’écriture, de théâtre voient le jour. Démonstration est faite que la parole des pauvres vaut celle de ceux qui ne le sont pas. Un beau livre couronne cette action en associant les deux.

2004

L’heure est grave. Dans le cadre de la politique agricole commune, les autorités européennes prennent la décision d’interrompre, à fin 2005, l’attribution des surplus alimentaires (céréales, riz, produits laitiers, viandes) aux associations qui viennent en aide aux plus démunis. Ces surplus représentent en moyenne 50% des aliments distribués. Le Secours populaire demande alors aux personnes aidées d’exprimer, sur une page spéciale des Cahiers « le dire pour agir », ce que cette décision changerait dans leur vie et ce qu’il est possible de faire. Formant une délégation, plusieurs d’entre elles porteront les milliers de témoignages recueillis au siège de l’Union européenne, à Strasbourg. Les surplus alimentaires vont être maintenus.

2006

Grande campagne sur le droit aux vacances pour tous, droit qui figure dans la loi sur la lutte contre les exclusions. Les soixante-dix ans des congés payés sont pour le Secours populaire l’occasion de rappeler que les droits sur le papier doivent devenir ceux de la vie et que les vacances sont bien une nécessité pour tout le monde. Les Cahiers « le dire pour agir » édités pour cette occasion en porteront témoignage. Les personnes qui vivent aujourd’hui dans la privation et l’angoisse faute de moyens suffisants, et que le Secours populaire a aidées à partir, y disent les bienfaits d’un séjour de détente hors du cadre habituel, à l’abri des pressions du quotidien, et l’énergie que cela leur a donné au retour. Parallèlement, celles qui avaient connu les premiers congés payés ont rapporté l’enchantement des découvertes et le bonheur que ce fut pour elles. Malgré les décennies d’écart, un même son de cloche se fait entendre : « Les vacances, ce n’est pas du luxe », preuves à l’appui !

2010

2010, Année européenne de lutte contre la pauvreté et l’exclusion sociale : le Secours populaire ouvre le site web « le dire pour agir »

Mis à la disposition de tous, ce site offre un espace supplémentaire d’expression. Il y a urgence pour des millions de personnes qui se privent de tout. Il y a urgence pour que tout le monde le sache et s’en indigne. Le Secours populaire français portera vos paroles auprès des pouvoirs publics pour les rappeler à leurs responsabilités.

2013

« le dire pour agir » rejoint le site du Secours populaire qui devient un espace d’expression via les nombreuses possibilités de laisser des commentaires et des témoignages.