Cours de français pour des migrants-réfugiés à Lyon [Archivé]

Depuis deux ans des cours de français sont dispensés à des migrants-réfugiés dans les locaux de la fédération du Rhône à Lyon. Une fois par semaine Martine Berquier, bénévole, accueille une dizaine de personnes.

Depuis deux ans le SPF de Lyon a ouvert des cours de français.
Celine Scaringi

Forte de son expérience au Secours populaire français en Seine-Maritime et de son parcours professionnel d’enseignante, Martine Berquier est chargée depuis deux ans de suivre et de coordonner les cours de langue française à Lyon. Située derrière le lieu de stockage de la fédération, la salle de classe accueille environ une dizaine de personnes par semaine. Ce jour-là, ils sont sept en cours : des moldaves, des albanais, des arméniens et des algériens.Pour démarrer elle propose une petite séance de révision sur  la conjugaison des verbes « être »  et « avoir », vue la semaine précédente. Puis la leçon du jour commence avec la lecture du poème « Premier sourire de Printemps » de Théophile Gautier. Tour à tour, les élèves  lisent quelques lignes avec plus ou moins de difficulté. Cet exercice a pour objectif de les faire travailler sur le nom des fleurs et sur les couleurs … le rose, le vert, le violet… des couleurs et des fleurs que les uns et les autres cherchent à visualiser sur leur portable.

La poésie comme support pédagogique

Une des difficultés de ces cours, c’est la disparité des niveaux des uns et des autres. Certains ont quelques bases à leur arrivée en France et d’autres absolument aucune. Les situations précaires et difficiles de beaucoup d’entre eux rendent compliquée l’assiduité aux cours. Autre problème rencontré, la question de l’intégration. Souvent isolés, ne travaillant pas et vivant avec des personnes de la même nationalité qu’eux les « élèves » ont malheureusement peu d’occasion de pratiquer le français en dehors de ces séances hebdomadaires. Un obstacle évident pour progresser… C’est d’ailleurs pour cette raison que la suite du cours est consacrée à des exercices pratiques de la vie quotidienne. Par groupes de deux, un avec un bon niveau et un autre un peu plus débutant. Les consignes sont les suivantes : réaliser un gâteau d’anniversaire et faire la liste de vos courses ou organiser un repas de fête pour quatre personnes…« La pédagogie que je mets en place consiste à les mettre en situation. Comme dans la vie courante, ils doivent se confronter à des situations simples et donc maîtriser les bases de la langue française » nous explique Martine. 

Ici c’est comme en famille !

Bien souvent à la fin de la séance, beaucoup souhaitent avoir des devoirs à faire. Le souci d’avancer vite est commun à tous. Alors Martine leur donne régulièrement de petits poèmes à apprendre.Toutes les personnes suivant les cours sont aussi accompagnées et soutenues par l’association : aide alimentaire, vestimentaire, juridique. Bien souvent elles viennent dans un premier temps pour une aide matérielle et lors de leur inscription il leur est alors proposé de s’inscrire au cours de français. Isabelle Martinelli, responsable des actions de solidarité à Lyon raconte que « même si la métropole lyonnaise offre de nombreux services destinés à  l’apprentissage du français, beaucoup des personnes reçues préfèrent venir au Secours populaire car ils connaissent déjà les lieux et les bénévoles. » Car ici c’est un peu comme une famille « on se sent bien et jamais jugé. On ne parle pas bien la langue mais on a envie d’apprendre » témoigne Salima, arrivée d’Algérie il y a quelques mois à peine.

Mots-clés