Aller au-devant des personnes sans domicile fixe

Grâce aux maraudes et aux camionnettes aménagées (Solidar’bus), les bénévoles du Secours populaire vont à la rencontre des sans-abris, les personnes les plus fragiles, les plus isolées et les plus exclues qui ne viennent pas jusqu’aux permanences d’accueil.

  • Mis à jour le :
Pierre, ancien professeur des écoles, vit dans un squat après un accident de la vie qui lui a coûté son emploi. Cet espace est pour lui un point d'ancrage.
Jean-Pierre Vallorani

En bref

Pays :
  • France

Parce qu’ils sont nombreux à avoir perdu tout espoir, à ne pas avoir l’idée ou le courage de pousser la porte d’une association, le Secours populaire va au-devant des personnes fragilisées telles que les personnes sans domicile fixe, les personnes en errance, les gens du voyage... Que ce soit à pied ou véhiculées dans des camionnettes aménagées (Solidar’bus), les équipes vont à la rencontre des personnes qui ont trouvé refuge sur une grille d’aération, un hall d’immeuble, une station de métro, un abribus, une gare… Parfois, le SPF installe une permanence d’accueil dans des lieux fréquentés par les publics en errance afin de mieux les accompagnés. C’est ainsi le cas à la gare de Strasbourg. Un travail essentiel alors que le SPF constate une augmentation du nombre de familles avec enfants n’ayant pas de domicile.

Lors des maraudes, le positionnement est inversé : les bénévoles n’accueillent pas (comme c’est le cas dans les permanences d’accueil du SPF), mais sont accueillis par le sans-domicile. Les équipes de bénévoles apportent une présence, une écoute, et tentent de recréer ou de maintenir un lien autour d’une boisson chaude ou d’un en-cas.  Elles initient alors un échange régulier (chaque jour, ou chaque semaine) afin d’établir des relations de confiance, préalable pour les inciter à se rendre dans nos permanences d’accueil et bénéficier d’un accompagnement complet. L’écoute et le dialogue y sont  approfondis et il devient possible de les épauler dans différentes formalités administratives nécessaires à un début d’insertion (domiciliation administrative, accès à la couverture médicale ou au RSA…).

Certaines équipes de bénévoles vont parfois plus loin. Elles mettent en place des actions collectives et conviviales destinées à rompre l’isolement de ces personnes très fragilisées, et à favoriser la reconstruction de liens sociaux. A Paris, les bénévoles de la maraude organisent des repas festifs préparés et pris en commun, des sorties culturelles, des week-ends à la mer, etc.

Les équipes de maraudes sont également précieuses lors des urgences « Grand froid ». Elles fournissent duvets, couvertures de survie et vêtements chauds aux personnes sans domicile.

Mots-clés