Accès et maintien dans le logement

Dans les permanences d'accueil, de solidarité et relais-santé, les bénévoles du Secours populaire reçoivent de plus en plus de personnes rencontrant des difficultés d’accès au logement ou menacées de quitter leur logement. Les questions de précarité énergétique sont également au cœur des préoccupations des personnes aidées.

Plus de 3.5 millions de personnes ne sont pas ou sont mal logées en France. La tendance est inquiétante : la crise du logement touche dans son ensemble 10 millions de personnes à des degrés divers. 25% des personnes accueillies au Secours populaire français ne disposent pas d’un logement stable : 22% sont logés de façon précaire (hôtels, hébergés, foyer/CHRS, caravane, squat, voiture…) et 3% vivent dans la rue.*

Pourtant avoir un logement, c'est vivre dignement, avoir une adresse, être établi, nouer des relations de voisinage. Le logement et son environnement sont sans conteste, les éléments contribuant le plus avec l’entourage familial et l’école, à la structuration de l’individu et à la consolidation de son identité au sein de la société.

La question du logement pose également en creux celle des conditions de vie dans l’habitat. Ainsi, la précarité énergétique est au cœur de toutes les préoccupations pour les personnes accueillies au SPF qui consacrent une part de leur budget toujours plus importante aux dépenses énergétiques. 

Les bénévoles du Secours populaire français se mobilisent chaque jour dans les permanences d’accueil, de solidarité et relais-santé pour soutenir les personnes en difficulté de logement ou en situation de précarité énergétique et les accompagner dans leurs différentes démarches :

  • Aller au-devant des sans domicile : Grâce aux maraudes et aux camionnettes aménagées (Solidar’bus) qui vont à la rencontre des personnes sans abri, à la création d'accueil de jour permettant aux personnes sans abri, de se reposer, de s’informer et de recevoir des aides d’urgence.
  • L’hébergement d’urgence : en s’efforçant que les familles et personnes sans domicile parviennent à obtenir un toit. Malheureusement, le nombre de places dans les hébergements d’urgence est bien souvent insuffisant.
  • L’accès au logement : en contribuant à mettre les personnes en lien avec les bailleurs sociaux, souvent saturés, et en les soutenant dans les nombreuses démarches administratives qu’implique l’entrée dans le logement.
  • Le maintien dans le logement : en assurant une médiation avec les bailleurs sociaux, publics comme privés, pour éviter l’aggravation des difficultés ainsi que l’expulsion.
  • L’amélioration des conditions de vie : en permettant l’acquisition, grâce à des partenariats, d’électroménager ou de meubles neufs.
  • La lutte contre la précarité hydrique et énergétique : en assurant des actions de prévention pour aider les personnes accueillies à maîtriser leur consommation en eau et énergie, des actions de médiation avec les opérateurs pour éviter les coupures, et un soutien à des personnes faisant face à des situations dramatiques accentuées par des problématiques de précarité énergétique.
* Statistiques issues de l’application « Pop Accueil » du Secours populaire français sur un échantillon de 148 833 ménages, soit 406 856 personnes au 30 octobre 2013.

Témoignage

Les ponts sont un endroit où on est plus ou moins à l’abri. Mais il fait froid, le vent s’y engouffre. J’ai essayé plusieurs endroits dans la rue, mais je n’y trouve pas de confort. J’ai oublié ce qu’était un lit, la chaleur d’un radiateur.

Anonyme