En Mauritanie, favoriser l’autonomie des femmes [Archivé]

" Ça a changé leur vie ! Au travers des légumes, les femmes ont un apport en vitamines pour elles et leurs enfants ! " déclare Fatma Bent Abdallah, présidente de l’association El Karamat.

  • Mis à jour le :

En Mauritanie, le comité départemental de la Seine-Maritime a répondu plusieurs fois à des appels de l’association nationale pour participer à la campagne de lutte contre l’insécurité alimentaire.

Nous avons décidé de financer un projet proposé par notre partenaire : l’association El Karamat, qui est de mettre en place de l’élevage et du maraîchage, dans trois villages, impliquant 50 femmes sur chaque site. 

Les femmes ont reçu des formations sur les techniques maraîchères. Elles sont organisées en coopératives ; l’association El Karamat les a assistées durant la période de mise en œuvre de l’action jusqu’à la phase de commercialisation des surplus de production.
Nous avons reçu le témoignage suivant de Fatma Bent Abdallah, présidente de l’association El Karamat :

« Ça a changé leur vie ! Au travers des légumes, les femmes ont un apport en vitamines pour elles et leurs enfants. Et tout ce qui reste en plus, elles le vendent. Là où il y avait une femme abattue, vous voyez une femme qui a repris confiance en elle-même. »

Devant la réussite de ce projet, la fédération de Seine-maritime s'est engagée aux côtés de l’association nationale du Secours populaire français et de la fédération des Bouches-du-Rhône à financer 4 nouveaux sites en 2017.

En images

Mots-clés