Dispositifs digitalisés, distanciel... l'accompagnement à Meaux

L’accueil et l’accompagnement, dans les permanences d’accueil du Secours populaire de Seine et Marne comme à Meaux, ce sont avant tout des rendez-vous avec notre humanité …

  • Mis à jour le :

L’essence même de la démarche est d’agir positivement sur : l’estime de soi et la dignité des personnes, la reconstruction d’un parcours de vie.
En ayant à l’esprit que ceci passe par des étapes, par exemple le retour à l’emploi d’un SDF passe préalablement par : une boite aux lettres (domiciliation par Horizon), un compte bancaire, parfois des soins…Il serait illusoire de ne pas prendre en compte chronologiquement cette dimension humaine.
Un accueil chaleureux est la première étape d’un parcours à co-construire entre le bénévole et la personne concernée. Cette dernière devant être "moteur" dans la mise en œuvre des actions précisées lors de chacun des rendez-vous.

La plupart du temps, des bons conseils et une bonne orientation (services d’état, associations spécialisées) suffisent à déverrouiller des situations bloquées.

 

Voici quelques exemples :

· Ruptures de droits (RSA, AME …).

· Renoncement aux soins.

· Accès à un toit : SDF, 115, demande de logement social, DALO, etc...).

· Reconstruction de dossiers perdus au sein des administrations (par ex : à la Sécurité sociale, à la Préfecture).

· Recherche d’emploi ; mise en ligne du CV sur le site de pôle emploi, orientation vers la CARED ou vers l’association  "Solidarité nouvelle face au chômage" ou par l’activation des dispositifs d’État.

 · Recherche de formation : Greta, CARED, etc…

· Résolution de contentieux concernant des retards de loyers, de factures d’électricité (nous orientons vers : la MDS, la Maison des droits et de la justice, l’avocat gratuit de l’AIPM), de surendettement (nous orientons alors les personnes vers l’association Rebond).

· Accès à des moyens informatiques ou des situations d’illectronisme avec des orientations vers l’AIPM.

Par contre, il y aussi des situations plus complexes qui nécessitent un accompagnement inscrit dans la durée.
Nous avons traité plus de cas de violences aux femmes, voire aux enfants, en un 1 an que les six années précédentes.

L’accueil se veut prioritairement physique même la situation sanitaire nous a invité à un accompagnement à distance. Nous avons donc organisé des suivis par : téléphone, WhatsApp ou par mails. C’est aussi positif pour ceux qui n’habitent pas sur Meaux.

Nous pouvons aisément témoigner de ce que cela représente comme parcours du combattant pour la grande majorité des personnes accueillies. En effet, nous avons testé nous-mêmes les différents dispositifs tant digitalisés (ex prise de rendez-vous) que téléphoniques (115, Sécu, AME, bureau des étrangers en Préfecture, etc.…) et que dire pour les familles si la difficulté est déjà réelle pour les bénévoles…

Mots-clés