Crise sanitaire : organisation et mesures de protection au comité du Havre

La COVID-19 n’a pas entamé la volonté des bénévoles du comité à continuer leurs engagements auprès des personnes accueillies pour leur apporter l’écoute et les aides nécessaires. 
  • Mis à jour le :
Avant, pour assurer toutes nos activités, nous avons mis en place plusieurs mesures de protection pour éviter les contaminations :
  • plusieurs circuits distincts, entrée/sortie, ont été tracés à l’intérieur comme à l’extérieur des locaux, pour indiquer les sens de circulation à prendre, cela évite que les gens ne se croisent,
  • gel et masques sont mis à disposition des bénévoles et des personnes accueillies, 
  • nous avons acheté des plexiglass pour protéger les bénévoles qui sont au contact très rapproché avec les personnes accueillies, 
  • Lors de la prise de rendez-vous, est rappelé systématiquement aux personnes de ne pas oublier leur masque, de respecter l’heure du rendez-vous, de ne pas venir avec les enfants et à l’arrivée, il leur est proposé de se désinfecter les mains,
  • Le magasin de solidarité n’accepte que 3 personnes maximum,
  • Les sacs de dons de vêtements usagés sont laissés à l’extérieur, 24h ou 48 h, avant de les ouvrir et de les trier,
  • A la fin des permanences de mardi et de vendredi, nous pulvérisons avec une solution désinfectante tous les portants de vêtements du magasin de solidarité et le véhicule,  
  • Une partie des locaux est « interdite » aux personnes accueillies pour éviter les croisements avec les bénévoles,
  • Les colis alimentaires sont préparés essentiellement avec des produits FEAD (Fonds Européen d’Aide aux plus Démunis). Les produits frais, d’entretien, d’hygiène…sont rajoutés selon la composition familiale. 
 
Nous sommes un peu frustrés du fait de ne pas laisser aux personnes accueillies la possibilité de choisir eux-mêmes les denrées. COVID oblige ! 
Les personnes accueillies comprennent et acceptent cette façon de faire. Mais parfois des tensions apparaissent qui sont souvent liées soit à la peur d’être contaminé soit à l’incompréhension des circuits, mais qui sont vite dissipées après avoir expliqué le pourquoi de toutes ces mesures. 
 
Par Makhlouf Ikéne du comité du Havre

Mots-clés