Pessac. Dans une petite loge, se préparent les sourires du 25 au matin…

A Pessac-Macedo, une petite équipe de bénévoles répare durant toute l’année jeux et jouets. Et quand vient le mois de décembre, c’est le moment de leur redonner vie… aux pieds des sapins !

  • Du :
    04/12/18
  • au :
    04/12/18
France

VB-SPF33

Des avions, des trottinettes, des poupées, des instruments de musique, des pistolets, des puzzles, des machines à coudre, des déguisements, des petites voitures, des gros camions, … A quelques jours de la grande braderie du comité de Pessac, l’ancienne loge de gardien de la résidence Macedo est toute petite mais elle est pleine comme un œuf ! Au milieu des jouets, reste un couloir de passage pour les 8 bénévoles qui s’affairent. Mais mieux vaut bien calculer son déplacement ou son lieu de stationnement, on peut rapidement se gêner…
Ici, c’est Bernard le chef d’orchestre, celui à qui on demande dans quel carton se rangent les poupons et s’il reste des piles pour tester un dernier jeu. Il s’est engagé auprès du Secours populaire voilà 10 ans. « Le comité faisait des braderies de jouets très artisanales, alimentées essentiellement par des dons de particuliers. Alors on vendait des jouets qui ne marchaient pas toujours ou étaient incomplets. » Jeune retraité, sa conscience professionnelle et ses compétences techniques n’ont pas tout de suite été remisées au placard. Avec quelques anciens collègues, il prend les outils, épluche les modes d’emploi et s’attèle alors à la réparation.

Atelier de reparation de jouets

10 ans plus tard, ce sont donc 8 bénévoles qui se retrouvent chaque semaine dans le petit local pour remettre en marche et compléter les jouets récupérés. 10 ans et un partenariat plus tard… Très vite, le petit groupe de pessacais s’est en effet vu confier le soin de récupérer les produits retournés par l’entreprise de vente en ligne C-Discount. « Quand les consommateurs renvoient des produits au SAV de C-Discount, ils sont récupérés par l’entreprise d’insertion Envie qui garde l’électroménager et nous confie les jeux et jouets. » Avec un tel partenariat, on ne peut donc plus parler d’artisanat et les stocks à traiter sont d’une autre ampleur ! A la braderie du 23 novembre, ce sont presque 4 fourgons entiers remplis de jouets qui devaient être acheminés vers la salle Bellegrave.

Dans la loge de gardien, la boîte à outils est variée ; il faut compter les puzzles, vérifier que les petits chiens électroniques fonctionnent bien, assembler les maisons de poupées. « Les jouets en bois, ce sont mes préférés », dit Carmen, 40 ans de bénévolat, pas du tout technicienne mais fidèle de l’atelier. Dans la pièce d’à côté, Philippe lui, teste tout ce qui est électronique. « On arrive à réparer beaucoup mais il y a des pièces sur lesquelles ont ne peut plus intervenir… » C’est le cas des drones, jeux très en vogue mais dont les composants demandent du matériel très spécifique. « On a un partenariat avec les filières techniques du lycée Kastler de Talence. Ça leur fait des objets de travaux pratiques. » Pour le reste, c’est bricolage et système D. « On fait souvent de la canibalisation, explique Bernard : on reconstituer un jouet avec les pièces de deux ou trois similaires. »

Atelier de reparation de jouets

« Moi, ce que je préfère, dit Brigitte en emballant un puzzle, c’est quand on ouvre et que ça marche ! » Derrière elle, ces messieurs les techniciens sourient. Les quelques jouets qui restent à tester sont peu nombreux. Dans quelques jours, les tables de la salle Bellegrave seront pleines et les bonnes affaires au rendez-vous pour des centaines de familles. La braderie du comité de Pessac est un repaire pour beaucoup. Car ce qui se répare dans cette petite loge de la résidence Macedo, c’est une machine à fabriquer des sourires aux pieds des sapins, le 25 décembre au petit matin…