Tsunami : bilan des projets réalisés deux ans après la catastrophe [Archivé]

Depuis deux ans, le Secours populaire a réalisé de nombreux projets en Indonésie, en Inde, au Sri Lanka et en Thaïlande, suite au tsunami.

  • Mis à jour le :

Indonésie

Le Secours populaire a réalisé différents projets en direction des pêcheurs tels que l'installation de trois mini-usines de fabrication de glace pour des milliers de pêcheurs, à Peukan Bada, à Bireuen et sur l'Ile de Simeulue ; la construction d'un local coopératif pour les pêcheurs à Lambada, d'une unité de fabrication de glace, d'une criée et d'un quai ainsi que l'appui à la commercialisation du poisson en direction des femmes ; la fourniture de bateaux, de matériel de pêche pour des centaines de pêcheurs.
Le Secours populaire a également soutenu les enfants victimes de cette catastrophe : construction et équipement d'une école de six classes pour 210 enfants, à  Lhong Raya, équipements des écoles, des écoliers et des enseignants de Keude Bieng, de Lambaro Angan 600 personnes et du collège SMP1 pour le laboratoire de chimie et la bibliothèque ainsi que l'organisation d'un séjour en France pour 20 enfants, lors de l'opération « soleils du monde 2005 ».

Sri Lanka

Au Sri Lanka, le Secours populaire a participé à la relance du petit commerce et de l'artisanat, en soutenant 900 personnes à Matara et en reconstruisant une boulangerie à Unawatuna.
L'association a également soutenu les enfants et les personnes déplacées à Matara :
construction et équipement d'une école primaire, distribution d'équipements scolaires pour les 250 élèves du collège St Vincent, et de 40 vélos pour  des élèves et enseignants ; réhabilitation d'un centre d'accueil de personnes déplacées. 20 enfants ont aussi été invités lors de l'opération « soleils du monde 2005 ».
A Mirissa, 760 familles on été aidées grâce à la reconstitution de leurs moyens de subsistance et à un accompagnement psychosocial.
Les pêcheurs du Sri Lanka ont également été soutenus grâce à la distribution de 120 vélos équipés de casiers à Matara, à la remise de 15 bateaux « One day » aux 80 pêcheurs de Polhena et de deux chalutiers équipés à 30 pêcheurs de Matara et Beruwalla.
La construction d'un village de 100 maisons et d'un centre socio-collectif à dominante "enfance" a été réalisée à  Hambanota, avec assainissement, accès à l'eau potable, à l'énergie. Cet accès à l'eau potable profite simultanément à un second village construit en mitoyenneté.

Inde

En Inde, le Secours populaire a restauré une école abandonnée pour 80 enfants, à Madurai et a reconstruit 6 maisons.
L'association a aussi participé à la construction de maisons  dans le district de Dindigul et à la relance de l'activité économique dans le Tamil Nadu ainsi qu'à la formation et l'insertion professionnelle de femmes veuves à Karaikal.
Des actions de  prévention contre le chikungunya ont été réalisées dans le camp médical à Pulicat, dans la zone de Pondichéry et Cuddalore, à Chennai et dans les Iles Andaman.
20 enfants ont également été invités en France à l'opération « soleils du monde 2005 ». 

Thailande

Voir l'expo photo sur les actions du SPF en Thaïlande après le tsunamiLe Secours populaire s'est occupé de la construction d'un village pour  23 pêcheurs, avec l'installation d'un centre coopératif, activités génératrices de revenus tout en assurant un accompagnement social à Khuraburi
L'association a également invité 5 enfants en France lors de l'opération « Soleils du monde 2005 ».Un projet de réhabilitation de l'écosystème, avec des volets concernant la relance de la pêche, la construction d'un centre communautaire et l'équipement de maisons pour 25 000 personnes dans 29 villages  des provinces de Trang et Krabi, est actuellement en cours en Thaïlande, tout comme des nombreux autres projets en Inde, Indonésie et Thaïlande.
En effet, aujourd'hui, le Secours populaire est toujours sur place afin de venir en aide aux victimes de cette catastrophe qui, malgré l'aide de tous, subissent toujours les effets dévastateurs du tsunami.

Photo E. Prinvault - Thaïlande, janvier 2005

Mots-clés