Remède contre l´isolement

Gignac-la-nerthe. Des bénévoles du SPF visitent des personnes âgées qui ne peuvent plus se déplacer.

  • Date de mise à jour :

A la résidence Sainte-Marie, à Gignac, dans les Bouches-du-Rhône, la porte de Georgette et Maurice Abou s'ouvre sur des exclamations de joie : "Comment vont ces dames ?" Ces dames, ce sont Ghislaine et Marie, toutes deux bénévoles au comité SPF de Gignac. Durant tout l'été, une à deux fois par semaine, elles font une tournée de visites des bénéficiaires les plus âgés. Quatre couples et deux à trois personnes seules. Naouel Syrir, l'ancienne responsable du comité, a initié ces visites l'an dernier "pour apporter les colis, d'une part, quand ils ne peuvent pas se déplacer, mais aussi simplement pour être là, papoter, assurer une présence, un réconfort. À l'occasion, on improvise des séances coiffure, la préparation d'un repas, un suivi des courriers administratifs. Tout dépend de leurs envies". Cette année, l'organisation est plus systématique. Les personnes les plus isolées ont été repérées et un planning établi. "Nous leur apportions déjà les colis, précise Naouel. Mais, on se rendait compte qu'on y passait du temps, parce que ces personnes en avaient besoin. Nous avons donc pensé qu'il valait mieux instituer ces visites et éviter de passer en coup de vent." Les époux Abou sont naturellement sur le trajet de la tournée.L'enthousiasme que montre le couple à leurs invitées cache tant bien que mal les épreuves passées et à venir. "Ils en ont vu passé l'an dernier ! se souvient Marie. Entre les opérations, l'annonce des deux maladies de madame, Alzheimer et Parkinson, sans compter son diabète..." Mais l'heure n'est pas à se plaindre. On fait contre mauvaise fortune bon coeur et on profite pleinement de ce moment pour bavarder de choses et d'autres. Même après cinquante-quatre ans de mariage, qu'ils doivent fêter le 23 juillet, ils sont toujours aussi attentionnés l'un pour l'autre. "Quand on sort, on se tient toujours par la main. Les gens nous disent "voilà les amoureux !" Comme je suis grand et qu'elle est petite, on doit imaginer que je l'amène à l'école." Tout le monde s'esclaffe. M. Abou a toujours le mot pour rire.Une partie de cartes s'improvise, durant laquelle on continuera les bavarda-ges. Avec cinq petits-enfants et cinq arrière-petits-enfants, il y a de quoi les alimenter. Après une heure, Marie et Ghislaine repartiront en pestant contre l'injustice : "Ces gens ont travaillé toute leur vie, dès l'âge de 13 ans et se retrouvent avec un pécule misérable pour survivre" Mais les deux bénévoles complotent déjà la surprise qu'elles prépareront au couple Abou pour célébrer leur anniversaire de mariage.

Des animations pour tout l'été
Au comité de Gignac, on ne manque pas d'idées pour occuper les loisirs de ceux qui resteront là pendant l'été. Au gré des partenaires locaux, plusieurs animations et sorties s'organisent : une école camarguaise de razotteurs - ces personnes qui dans l'arène détournent ou attirent l'attention des vachettes - forme des jeunes à cette technique ; avec l'association Esprit de famille, il a aussi été possible de faire partir au moins deux membres d'une même famille (mère ou père et enfant) ; il y aura également une journée au parc d'attractions OK Corral et, dans le cadre de la journée de la solidarité, avec la fédération SPF de Marseille, une autre journée familiale, à la plage, à La Ciotat. Sans oublier les autres journées, accrobranche ou parc aquatique, qui pourront s'organiser en fonction du succès qu'aura eu la brocante, à l'organisation de laquelle les familles elles-mêmes participent. Et dans le petit local et le jardin qui l'entoure, des ateliers seront maintenus les mercredis après-midi : repas conviviaux, potager et parties de ballon ou de pétanque.

Dossier