L'eau au coeur d´un programme de maraîchage

Victime de son succès, le programme de maraîchage malien doit s´intensifier pour répondre aux demandes croissantes des familles concernées par ce projet de sécurité alimentaire et d´accès à l´eau pour les familles du Cercle de Yélimané.

  • Mis à jour le :

En bref

Pays :
  • Mali
Date projet :
2012 - 2013

Un programme de maraîchage (2008-2010), victime de son succès

Avec le soutien de l'Union Européenne, le Secours populaire et l'association malienne de solidarité et de coopération internationale pour le développement (AMSCID), ont mis en place, de 2008 à 2010, un programme de développement de l'agriculture maraîchère afin de garantir la sécurité alimentaire des communautés de la région de Kayes. Ce projet a eu pour objectif de contribuer au renforcement de la disponibilité en eau pour assurer pleinement les activités de maraîchage et autres activités génératrices de revenus pour les femmes. Des actions de formation, de conseil et d'appui ont été menées afin que les groupements de femmes soient autonomes, organisés et efficaces dans la gestion de l'activité maraîchère. Des périmètres ont été aménagés et les bénéficiaires ont été dotés en matériel et intrants agricoles. Le projet a permis l'acquisition de compétences techniques et de capacités de gestion associative, une meilleure reconnaissance des femmes qui sont de plus en plus sollicitées dans les instances villageoises et communales, une amélioration du niveau de vie et de la sécurité alimentaire des familles.Les périmètres maraîchers étaient conçus à l'origine pour 900 exploitantes. Mais, l'engouement pour le programme a été tel que ce nombre a été presque doublé : 1.686 femmes travaillent désormais sur les périmètres du projet. Ce succès n'a pas été sans poser quelques difficultés dans la conduite du projet: les jardins ont dû parfois être agrandis, les puits courent le risque d'être taris précocement.

La nécessité de renforcer et pérenniser l'activité par un programme d'accès à l'eau (2012-2013)

Le Secours populaire et l'AMSCID souhaitent donc poursuivre leur soutien au projet en prenant en compte les questions de l'accès à l'eau. Les besoins en eau sont particulièrement sensibles. Ils gênent le développement des activités maraîchères et mettent en danger les cultures en cas de forte sécheresse. Avec l'extension des périmètres maraîchers, les puits réalisés dans le cadre du programme ne suffisent plus.  Dans la zone sahélienne, la sécheresse peut se produire un an sur deux  et affecter fortement la profondeur de la nappe phréatique. C'est pourquoi le Secours populaire et l'AMSCID ont monté, en lien avec les groupements féminins, un projet d'accès à l'eau.L'objectif général du nouveau programme, prévu sur la période 2012-2013 est de couvrir les besoins en eau des groupements féminins du Cercle de Yélimané afin qu'ils puissent poursuivre et développer les activités de maraîchage.

Ce programme a deux objectifs

  • réhabiliter les puits existants et en creuser de nouveaux.
  • créer un collectif de puisatiers expérimentés : cela permettrait de mettre à la disposition du Cercle de Yélimané, des puisatiers expérimentés et compétents, afin d'avoir des puits à débits élevés et intarissables.

Mots-clés