Le Secours populaire toutes voiles déployées [Archivé]

La 45e édition de La Solitaire du Figaro portera les voiliers, à partir du 8 juin, sur les eaux de la Manche et de l’Atlantique. Avec, cette année, une grande première : un bateau qui arborera, à côté du nom du sponsor Ovimpex, celui du Secours populaire, offrant cette opportunité dans le cadre de son partenariat avec l’association. Rencontre avec les protagonistes.

Le 27 mai, le sponsor David Ermacora (à droite), président d'Ovimpex, arbore les couleurs du Secours populaire aux côtés du skipper Anthony Marchand, dont le voilier "Ovimpex-Secours populaire" portera le logo du SPF lors de la Solitaire du Figaro.
SPF

Le 8 juin prochain, 38 voiliers s’élanceront pour La Solitaire du Figaro–Eric Bompard Cachemire qui fête sa 45e édition (http://www.lasolitaire.com/). La compétition, où chaque skipper est seul à bord, attribue des points pour les Championnats de France de course au large en solitaire. Cette année, pour la première fois,  le SPF sera présent avec le bateau Ovimpex-Secours Populaire. Le 1er juin, une cinquantaine d’enfants des fédérations de l’Orne et du Calvados participeront à la fête inaugurale à Deauville. Rencontre avec le sponsor David Ermacora, patron de l’entreprise Ovimpex, et Anthony Marchand, le skipper d’Ovimpex-Secours populaire.

Votre entreprise a-t-elle pour habitude de sponsoriser des événements sportifs ou autres ?

David Ermacora : C’est une grande première pour nous. Je me réjouis que cela soit avec le Secours populaire. Il existe de nombreuses autres associations caritatives, mais c’est avec le SPF que je me sens le plus en phase.

Pourquoi ?

D. E. : Je partage pleinement l’opinion du président Julien Lauprêtre quand il dit que le Secours populaire s’adresse à tout le monde, accueille tout le monde sans distinction d’opinions, sans préjugés. Et le SPF se situe toujours dans l’action, travaillant pour que les choses changent. Et comme lui, je pense qu’il est plus enrichissant de donner que de recevoir. J’accompagne les actions du SPF depuis des années, comme après le tsunami en Indonésie, en 2004 ou au Sri Lanka, où j’ai apporté mon expertise en matière d’agroalimentaire. Je répondrai toujours présent pour agir  avec le Secours populaire.
Anthony Marchand portera haut les couleurs du SPF à la barre d’Ovimpex-Secours populaire. C’est la 5e Solitaire du Figaro à laquelle il participe – en 2010, il est «premier bizut», pour son début dans la course et se classe 9e l’année suivante, son meilleur résultat.

Que représente pour vous le fait d'arborer le logo du Secours populaire ?

Anthony Marchand : Lorsqu’on m’a proposé de courir sous les couleurs d'Ovimpex et du Secours populaire, j’ai aussitôt accepté. Le SPF partage les mêmes valeurs que le monde des marins. On peut courir en solitaire, mais on reste solidaire : si un concurrent est en difficulté, on n’hésite pas à s’arrêter pour lui porter secours, quitte à hypothéquer ses chances de victoire, même si le défi de vaincre est important. L’entraide vaut à terre comme en mer. De plus, la mer est un milieu hostile, où il faut se battre contre l’adversité, comme le fait le Secours populaire.

Vous allez accueillir des enfants du Secours populaire à bord avant le départ. Qu’est-ce que cela représente pour vous ?

A. M. : J’ai déjà connu cette expérience avec les gamins. On est toujours impressionné par la pertinence de leurs questions, par leur curiosité. Le monde du bateau leur permet d’apprendre, de découvrir, car il est question en navigation de géographie, de météorologie ; on leur parle des oiseaux, de la faune, etc. C’est un formidable outil pédagogique et une ouverture au monde.

Mots-clés