Japon

Le 11 mars 2011, le Japon a subi une triple catastrophe sans précédent : un séisme, un tsunami et une catastrophe nucléaire. En mars 2013, 315 000 personnes vivaient toujours dans des préfabriqués. En plus de leur logement, beaucoup ont perdu leur emploi : les habitants des côtes dévastées par le tsunami vivaient principalement de la pêche. La plupart des bateaux et des installations pour la pêche et l’ostréiculture ont été détruits lors de la catastrophe.

Description

  • Indice de développement humain (IDH) : 0,91 (12e sur 187)
  • PIB/habitant : 32 418 $
  • Espérance de vie : 84 ans
  • Taux de scolarisation : 89 %
  • Taux de malnutrition : non disponible
  • Taux d’accès à l’eau potable : non disponible

Le 11 mars 2011, le Japon a subi une triple catastrophe sans précédent : un séisme, un tsunami et une catastrophe nucléaire. En mars 2013, 315 000 personnes vivaient toujours dans des préfabriqués. En plus de leur logement, beaucoup ont perdu leur emploi : les habitants des côtes dévastées par le tsunami vivaient principalement de la pêche. La plupart des bateaux et des installations pour la pêche et l’ostréiculture ont été détruits lors de la catastrophe.

En bref

Le Secours populaire français est une des premières associations françaises à avoir appelé à la solidarité, le vendredi 11 mars, dès les premières heures de la catastrophe. Des actions sont alors mises en place pour apporter la solidarité aux sinistrés, en lien avec des associations et fondations japonaises : distributions de produits de première nécessité dans les premières semaines après la catastrophe ; actions pour faciliter la rentrée scolaire des écoliers japonais sinistrés (financement d’un bus de ramassage scolaire et de matériel scolaire, rénovation du système d’assainissement d’une école) ; échanges culturels et liens d’amitié entre les enfants japonais et français (échanges de dessins et correspondances, vacances d’enfants japonais sinistrés au Village des enfants « copain du Monde »…) ; soutien psychologique et médical aux victimes de la catastrophe (construction du centre médico-social de la solidarité, à Ishinomaki, construction d’une Maison de l’Enfance, à Otsuchi, distributions de fauteuils roulants auprès de personnes âgées) ; échanges d’expériences avec des associations japonaises et des universitaires agissant en faveur des victimes de la catastrophe.