Lire les témoignages

Accéder à l'ensemble des témoignages présents sur le site.

Donateur - Allal BoubiaJe suis comptable et, depuis mai 2016, je suis donateur du Secours populaire. J’ai décidé de lui faire deux dons par an : à Noël, lorsque tout le monde pense exclusivement aux cadeaux à faire ou à venir, oubliant que des enfants ne recevront rien. Je donne aussi en été, quand personne ou presque ne fait attention aux gens qui ne sont pas partis en vacances et ne pourront pas changer de cadre de vie ni de perspectives de toute l’année. J’ai été convaincu par des bénévoles qui m’ont raconté les actions qu’ils effectuent. La solidarité comme ça, dans le respect de la dignité des personnes aidées correspond bien à ma vision des choses. Parmi les initiatives menées, je soutiens particulièrement celles se rapportant à l’accès à la santé. Elles me paraissent essentielles car, dans la crise actuelle, une partie de la population, celle qui a les plus bas revenus, a besoin d’aide pour faire respecter ce droit. 

Témoignage d'Allal Boubia, Moselle (dossier donateurs)

C'est une satisfaction de voir la lumière dans les yeux des enfants qui n'ont pour la plupart jamais vu la mer.

Hervé, bénévole au Secours populaire de Paris

Nous organisons 32 villages Copain du monde, cet été. L'occasion pour des milliers d'enfants de différentes nationalités de se rencontrer, de découvrir de nouvelles cultures, et d'agir ensemble pour la solidarité.

Nicole Rouvet, secrétaire nationale du Secours populaire

Convergence 354, Dominique Ktorza

Notre mission sociale est de favoriser le départ en vacances pour le plus grand nombre et réduire ainsi les inégalités liées à l’accès aux vacances et aux loisirs, essentiels pour le bien-être. Partir en vacances, c’est s’offrir un temps de répit, inaugurer un nouveau rapport au monde. Le SPF est l’un de nos plus grands partenaires.

Dominique Ktorza, directrice des politiques sociales de l’ANCV (Agence nationale des chèques-vacances)

Donateur - Nicolas ChaigneauJe veux être utile socialement, c’est pour cela que je suis donateur du SPF. Ses actions sont nécessaires, vu les inégalités en France et entre les pays. Ses bénévoles agissent efficacement au plus près des personnes qui en ont besoin. Je sais qu’ils accueillent sans exclusive et avec une grande générosité. Je sais aussi que les personnes en difficulté sont écoutées et aidées dans une grande variété de domaines : vacances, nourriture, logement, aide vestimentaire, accès à la culture.

Témoignage de Nicolas Chaigneau (dossier donateurs)

Je veux que lorsqu'elles soient grandes, elles puissent se dire: "au moins avec notre mère, on a été à la plage !

Katty, mère de trois enfants

Tout de suite après le tremblement de terre, nous sommes intervenus  avec le Secours populaire pour aider les victimes en apportant une aide d’urgence, et en effectuant des distributions alimentaires. Par la suite, nous avons réfléchi à une aide plus durable. Car avec la destruction de la mangrove, les pêcheurs à pied, essentiellement des femmes, ont vu leurs revenus s’effondrer. Une relance de l’économie locale a été nécessaire. Mais dans le même temps, nous nous sommes mobilisés pour mettre en place une commercialisation équitable. Des prix justes pour des produits de qualité.

Marianeli Torres Benavides, coordinatrice de l’association C-Condem

On ne s’intéresse pas à une explication descendante de l’œuvre, on s’occupe de ce que le groupe a en commun, des interrogations suscitées par l’œuvre. On suscite des rencontres avec les équipes artistiques. Le projet d’éducation par la culture est au cœur du projet politique du Festival. Comment les jeunes rencontrent les œuvres artistiques, comment fabriquer du sens collectivement. Que des jeunes du SpF comptent dans ce groupe, c’est naturel ; ils ont toute légitimité à en être. Ce qui nous intéresse, c’est qu’ils soient là en tant que jeunes qu’ils partagent leur expérience de festivalier, qu’ils aient leur propre parcours en tant que festivalier.
L’éducation par la culture est au cœur du projet politique du Festival. À savoir, faire en sorte que les jeunes rencontrent les œuvres artistiques, les aider à fabriquer du sens collectivement. C'est un horizon que nous espérons ouvrir pour les jeunes du SPF pendant ce festival.

Vincent Clavaud, administrateur du Centre de jeunes et de séjours aux Ceméa, partenaire historique du Festival

Cette année nous voulions marquer les 25 ans du mouvement d’enfants Copain du monde et les 50 ans de notre fédération. Pour cela nous avons décidé d’organiser notre premier village Copain du monde. Avec ce village nous nous inscrivons également dans  le projet du congrès sur les solidarités en Europe car nous avons choisi de mettre nos partenaires européens à l’honneur. Ainsi des enfants grecs et portugais y participent. Nos partenaires européens travaillent comme nous, et les enfants qui sont là cet été sont des enfants dont la vie n’est pas toujours facile. Ils sont aussi des oubliés des vacances.
Cette première action va dynamiser nos activités en Europe et renforcer les liens que nous avons déjà. Et puis nous allons par la même occasion nous saisir de cet événement pour développer nos actions Copain du monde. Nous envisageons même, pour fin 2018 d’étendre l’accueil d’enfants, notamment avec notre partenaire du Niger.

Pascal Rodier, secrétaire général de la fédération des Yvelines

Une des missions de nos bénévoles: offrir des moments de joie et de partage aux personnes isolées.

Fanta, bénévole au Secours populaire

Pages