Une journée pour prendre soin des femmes

En partenariat avec LVMH, le Secours Populaire français organise à l’occasion de la Journée internationale du Droit des femmes, « Une journée pour soi », dédiée aux femmes en situation de précarité. Du 27 février au 21 mars, 350 femmes accompagnées par le SPF se voient offrir une séance maquillage, un shooting photo, ainsi que des visites culturelles dans six villes de France. L’objectif, rendre ces femmes plus belles et plus fortes pour affronter un quotidien souvent difficile.

Du 27 février au 21 mars, 350 femmes accompagnées par le SPF participent à l'opération "Une journée pour soi".
Nora Houguenade

Ce que l’on remarque en croisant Amandine et Gwendoline ce jour-là, c’est leur sourire. Amandine, 26 ans, une grande jeune femme à la taille mannequin, a dû insister un peu pour faire venir sa copine. Elles craignaient toutes les deux l’étape du shooting photo… « J’étais un peu stressée en arrivant, mais les professionnels ont été très sympas, à l’écoute. C’est agréable que quelqu’un prenne soin de vous ! » Mère de deux enfants en bas âge, elle l’avoue franchement, au quotidien, ses enfants passent avant tout. Et tant pis si ça signifie s’oublier un peu. A l’atelier maquillage, où une dizaine de postes sont installés, c’est l’effervescence. Toute la journée, les 110 femmes invitées à profiter d’un moment de détente vont s’y succéder. En général, la conversation s’entame rapidement avec la maquilleuse. « On parle de tout et de rien. Elles finissent par se détendre car elles se sentent en confiance. C’est un moment de partage », note Elisa, l’une des professionnelles. En plus d’une bonne mine, elles ne repartent pas les mains vides. La marque partenaire de la journée offre à chaque participante un petit sac contenant des rouges à lèvres et un masque pour le visage.

Un effet bénéfique durable

Au-delà de ces cadeaux et conseils beauté, c’est leur confiance qui en sort renforcée. « La construction de l’estime de soi passe entre autres par l’image qu’on a de soi. On offre à des femmes une parenthèse dans un quotidien difficile, » explique Hélène Freyss, qui gère la communication de LVMH, partenaire de la journée. « Elles se mettent à prendre soin d’elles, à penser à elles, et l’effet peut être durable ! » A côté, au shooting photo, Marina se détend et plaisante avec Gabriel, le photographe. « J’ai déjà été mannequin dans une vie antérieure ! » Gabriel la félicite et la pousse à se lâcher un peu. Il remarque qu’avec ces femmes, « les barrières tombent vite même si elles sont intimidées au début ». A 39 ans, cette mère qui élève seule ses trois enfants, admet qu’elle se sent « mieux dans sa peau » une fois maquillée. En attendant de recevoir un tirage papier de son portrait, elle prend un selfie avec son téléphone portable. Elle va l’envoyer à son grand fils de 13 ans. « C’est lui qui m’a poussée à venir. Il m’a dit qu’il fallait que je prenne soin de moi et que j’arrête de culpabiliser », ajoute Marina. D’habitude, elle fréquente plutôt le Secours Populaire pour venir chercher de l’aide alimentaire.Nora Chiheb, qui gère des antennes de l’association à Roubaix, connaît bien les femmes présentes : « On les voit d’ordinaire avec un visage plus fermé. Ce n’est jamais gai de venir demander de l’aide… Là, elles sont transformées ! Leur sourire fait plaisir à voir. » Car les femmes sont souvent en première ligne pour gérer les difficultés familiales. « Aujourd’hui, elles constatent qu’elles ne sont pas seules dans ce cas, elles viennent partager un moment de convivialité. C’est un pari réussi ! », analyse-t-elle.

Sortir les femmes de leur quotidien

Et comme l’image qu’on a de soi-même n’est pas uniquement physique, la mise en beauté s’accompagne d’une sortie culturelle au Musée-La Piscine de Roubaix. Ce midi-là, c’est un groupe de neuf femmes qui suivent attentivement la visite guidée organisée spécialement pour elles. Outre l’histoire de leur ville et de ses grands personnages, la guide leur fait découvrir les coulisses de ce musée atypique.Voulue par Jean Lebas, maire historique de Roubaix dans les années 1930, cette piscine municipale a été construite pour améliorer l’hygiène de la population. L’établissement, de style Art Déco, a conservé des traces de son passé thermal. Au premier étage, le groupe découvre avec curiosité les bains publics non mixtes de l’époque. Au bord du grand bassin, aux verrières majestueuses, Anne-Sophie, Valérie et Virginie, trois sœurs qui suivent la visite du jour, partagent leurs souvenirs. « On a appris à nager ici ! » Pour Malika, 76 ans, qui connaissait déjà l’établissement, cette visite est particulièrement enrichissante. « C’est la première fois qu’on a un guide, on apprend plein de choses ! » Au-delà, c’est elle qui résume le mieux la journée : « Ça fait sortir les femmes de chez elles, elles font des choses qu’elles n’ont pas l’habitude de faire. C’est rare »… et précieux.

Mots-clés