A Nice, un réveillon auprès des personnes sans domicile-fixe [Archivé]

Les soirs de réveillon, le pire c’est la solitude. C’est encore plus vrai pour les personnes sans domicile-fixe. A Nice, les bénévoles du Secours populaire ont fait une maraude le 24 décembre, pour leur apporter de quoi manger mais aussi du réconfort.  

Les bénévoles de Nice ont sillonné les rues de la ville pour apporter à manger et du réconfort aux personnes sans domicile-fixe, le soir du réveillon de Noël.
Jean-Pierre Vallorani

Pour jouer les Pères Noël verts, les bénévoles n’ont pas été difficile à convaincre. « Nous partons en maraude chaque lundi et chaque mercredi, donc nous avions prévu de faire le parcours habituel le mercredi 24 décembre, soir du réveillon, mais avec un repas de fête », explique Jean Stellitano, secrétaire général de la fédération des Alpes-Maritimes du Secours populaire.

L'objectif : dialoguer, apporter du réconfort

Seize bénévoles se sont présentés, malgré leurs obligations familiales. « Il y avait douze nouveaux, c’était super !, se rappelle Jean. En plus, le fait d’être nombreux permet d’offrir vraiment un bon moment : pendant que certains servent à manger, d’autres discutent, demandent aux personnes sans-domiciles fixes comment elles vont. »

La première étape s’est déroulée à l’antenne du Secours populaire, rue Vernier. Une dizaine de sans-logis sont venus déguster un repas de Noël. Après l’équipe de la maraude s’est rendue dans le Nice riche, le centre-ville et la Promenade des Anglais, comme dans le Nice plus populaire du port et du quartier de la gare.

Les bénévoles étaient nombreux et très motivés. Ils ont aussi distribué des cadeaux confectionnés par les copains du Monde.

Les bénévoles étaient nombreux et très motivés. Ils ont aussi distribué des cadeaux confectionnés par les copains du Monde.

 

Pour marquer le coup, les bénévoles ont emmené un repas plus festif que d’habitude, avec une délicieuse soupe au pistou préparée par un chef-cuisinier. Les bénévoles sont aussi venus avec 120 boîtes de friandises confectionnées par des copains du Monde. Elles comprenaient des dessins et des messages souhaitant de bonnes fêtes.

Une majorité de travailleurs pauvres

La soixantaine de personnes sans domiciles-fixes venues au-devant de la maraude étaient constituée principalement par des travailleurs pauvres ou vivants avec des aides sociales. Elles sont cantonnées à un habitat extrêmement précaire, des logements minuscules ou des squats.

Elles ont souvent un toit sur la tête, mais pas beaucoup plus. C’est l’été que les ‘‘maraudeurs’’ aident des personnes dormant directement dans la rue, venues vivre quelques mois dans le Sud.

L'apport d'un repas est surtout l'occasion pour les personnes sans domicile-fixe de pouvoir se confier aux bénévoles.

L'apport d'un repas est surtout l'occasion pour les personnes sans domicile-fixe de pouvoir se confier aux bénévoles.

 

« Le réveillon de la maraude s’est passé dans la bonne humeur, précise Jean. Nous sommes repassés depuis et j’ai pu constater que les personnes aidées ce soir-là s’en souviennent encore. » Les bénévoles viendront encore auprès des personnes sans domicile-fixe le soir du réveillon, lundi 31 décembre. Une manière de réactiver l'espoir d'un avenir meilleur en 2019pour ces personnes en grande précarité.


. Selon les dernières données de l'Insee, publiée en juillet 2013, la France compte 141 500 personnes « sans domicile ».

. Les travailleurs pauvres ayant d’extrêmes difficultés à se loger est un phénomène qui dépasse la région niçoise. Une étude effectuée sur Paris montre que « dans l'agglomération parisienne, un sans-domicile sur trois a un emploi ».

 

Liens

Pas d’action sans don !

Votre soutien financier nous permettra d’apporter une solidarité concrète aux victimes. L’ampleur de l’aide dépendra des fonds que nous réussirons à collecter.

Mots-clés