"Derrière les chiffres de l´Insee, il y a des situations bouleversantes" [Archivé]

Julien Lauprêtre, président du Secours populaire, estime que les derniers chiffres publiés, ce 7 septembre, par l´Insee sur l´ampleur de la pauvreté confirment les observations faites par les bénévoles.

  • Mis à jour le :

L'Insee (Institut national de la statistique et des études économiques) vient de révéler une nouvelle augmentation de la pauvreté en France : désormais 8,6 millions de personnes vivent avec moins de 964 euros par mois. La situation est particulièrement alarmante pour les moins de 18 ans : un sur cinq est pauvre. Julien Lauprêtre a répondu aux questions de Convergence, le magazine bimestriel du SPF.

<img onclick="window.open('uploads/tx_oxcsbanqueimage/900_Julien_Laupretre-2012_04.jpg'," '900image',="" 'menubar="no," status="no," scrollbars="no," menubar="no," data-cke-saved-src="/sites/default/files/atoms/images/120_Julien_Laupretre-2012_04.jpg" src="/sites/default/files/atoms/images/120_Julien_Laupretre-2012_04.jpg" height="180" width="920');">
Julien Lauprêtre, président du Secours populaire
SPF

Il y a 8,6 millions de pauvres en France. Que vous inspire ce chiffre ?
Cela va dans le sens de ce que nous disons depuis des mois : la misère, la pauvreté, l'exclusion gagnent du terrain. Le grand public doit savoir que derrière les chiffres officiels, les froides statistiques, il y a des situations extrêmement douloureuses, bouleversantes. L'année dernière, nous avons distribué 186 millions de repas. Nous sommes restés ouverts toute l'année, été comme hiver, afin d'accueillir ou d'aider plus de 2,5 millions de personnes, dont 40% avaient moins de 16 ans. Nous ressentons l'inquiétude des parents. Dans la sixième édition du baromètre SPF/Ipsos que nous venons tout juste de rendre public, 85% des parents ont peur que leurs enfants connaissent un jour la pauvreté.
L'Insee souligne l'augmentation de la pauvreté chez les mineurs, comment cela se traduit-il sur le terrain ?
C'est un phénomène qui prend de l'ampleur. Certains jeunes, qui viennent de prendre des vacances pour la première fois grâce au SPF, étaient très contents d'avoir pu prendre trois repas par jour. Cela veut bien dire que chez eux, ce n'est pas comme ça. La jeune génération est vraiment menacée. Nous venons d'interroger les enfants pour la première fois sur la précarité : 58% d'entre eux craignent de devenir pauvres.
Les enfants sont-ils découragés ?
Non, ils pensent, à 86%, qu'il est possible de faire plus contre la pauvreté. Cela nous encourage car nous fêtons les 20 ans de notre mouvement copain du Monde, qui est justement destiné à permettre aux enfants de participer à des actions de solidarité. Que ce soit des visites dans les maisons de retraite, des dessins pour les petits japonais ou des collectes pour financer la rentrée scolaire d'enfants haïtiens, et des dizaines d'autres initiatives.

 

Le SPF réunit la jeunesse à Dole
L'augmentation de la pauvreté des jeunes, mesurée par l'Insee, n'est pas une surprise pour le Secours populaire. L'association en a aidé directement 150.000, l'année dernière. Ils peuvent avoir besoin de nourriture, de vêtements, d'accéder au sport, à la santé, à la culture, aux vacances. Tout ce qui permet de vivre une vie normale. Avec le SPF, ils ont aussi la possibilité de s'engager dans le bénévolat ! Fin octobre, 300 jeunes français et européens se réuniront à Dole, dans le Jura, pour réfléchir aux actions à mettre en place pour sortir de la précarité. Un an après les Assises de la jeunesse que nous avions tenues à Vandoeuvre-lès-Nancy, les jeunes se lèvent toujours pour la solidarité.

 

Mots-clés