Le Secours populaire Île-de-France se réinvente face à la crise du Covid-19 [Archivé]

« D’une difficulté, faisons une force. », Julien Lauprêtre

Dans un précédent article, « L’épidémie du COVID-19, un défi de taille pour le fonctionnement du Secours populaire », il était mis en lumière les difficultés actuelles pour l’association, elle-aussi durement touchée par la crise sanitaire, avec l’annulation des initiatives de collecte et la hausse croissante des demandes d’aide alimentaire. Et pourtant, le Secours populaire Île-de-France a su se réinventer pour poursuivre ses actions de solidarité avec l’aide des bénévoles, des partenaires et des donateurs.

  • Mis à jour le :

Nicolas Raynal

L’association s’est recentrée en priorité sur les distributions et livraisons de denrées alimentaires et de produits d’hygiène. A côté, les collectes et les ramasses sont soit impossibles, soit largement limitées. Avec la demande d’aide en hausse de plus de 40% sur certains territoires, les stocks de toutes les fédérations départementales franciliennes sont en train de fondre. Pour faire face à cela, nous avons lancé au niveau régional et même national des prospections auprès des entreprises et de la grande distribution pour bénéficier de dons matériels, dont certains partenaires existants du Secours populaire Île-de-France, qui se mobilisent déjà tous les ans sur la Journée des Oubliés des Vacances par exemple. Beaucoup se mobilisent, à l’heure actuelle, auprès des associations et certains ont répondu présents avec le Secours populaire. Nous avons ainsi pu recevoir des dons, stockés ensuite dans les différents entrepôts franciliens. Pour le moment, ces dons correspondent à des boissons, des produits pour bébés, des produits d’hygiène, des produits frais etc. Suite à la livraison d’une donation matérielle, l’équipe du Secours pop IDF organise une répartition équitable et adaptée aux besoins, entre les 8 départements. Des bénévoles de chaque fédération départementale viennent ensuite récupérer leur part de la dotation. Cela demande une mutualisation des moyens et une logistique très importante sur toute la région.

En effet, afin de gérer la récupération des produits auprès des partenaires et entre fédérations départementales, il faut des camions, parfois des camions frigos, et des conducteurs qui sillonnent, en ce moment même, la région francilienne. Certains partenaires, qui ont dû cesser leur activité depuis le début de la crise du Covid19 ont proposé le prêt de leurs véhicules au Secours pop IDF.

Au vu de la crise financière qui s’annonce, l’association essaye au maximum de ne pas recourir à l’achat de produits et utiliser la trésorerie encore disponible. Cependant, même avec les généreuses donations, le nombre de personnes nouvellement aidées par le Secours populaire est tellement important que cela ne suffit pas, nous allons devoir acheter certains produis de première nécessité adaptés aux besoins urgents des personnes accueillies. Plusieurs fondations et entreprises se mobilisent financièrement avec nous et nous permettent de réaliser ces achats.

Nous sommes en recherche constante de nouvelles ressources financières et nouveaux moyens de collecte, les événements habituels ayant été annulés. Le Secours pop IDF suite à plusieurs événements (ventes aux enchères Board To Be Solidaire, soirées Street Art) a beaucoup travaillé avec le monde du Street Art, touché lui-aussi durement par cette crise mais toujours autant mobilisé avec l’association, notamment via la collecte organisée par notre partenaire, l’association Art’murs.

Le Secours pop IDF vient aussi de lancer sa collecte de fonds sur laquelle plusieurs partenaires, influenceurs proposent de communiquer. Nous avons besoin de tout le monde pour la relayer un maximum ! La voici : https://www.okpal.com/solidaire-avec-le-secours-populaire/#/

Encore une fois pour clôturer cet article, nous voudrions simplement faire honneur aux bénévoles présents chaque jour, sans qui le Secours populaire ne serait pas grand-chose. Sans ces bénévoles qui deviennent chauffeurs de camion, logisticiens, manutentionnaires, chargés de partenariat, toutes nos activités se seraient simplement arrêtées depuis plus de 30 jours. Chacun, à domicile ou sur le terrain, est à nos côtés.

Mots-clés