Hayange : la solidarité contre la haine [Archivé]

La mairie d’Hayange est condamnée par la justice à rétablir le gaz, l’électricité et l’enseigne au comité local du Secours populaire français.

L’équipe du comité de Hayange chargée de l’aide alimentaire pose devant le local. Les tracasseries administratives n’ont pas entamé la volonté des bénévoles de se mettre au service des plus démunis.
Joël Lumien

La mairie d’Hayange doit rétablir le gaz, l’électricité et l’enseigne au comité local du Secours populaire français. C’est ce qu’a ordonné le tribunal de grande instance (TGI) de Thionville, en Moselle, en rendant ce mardi 19 décembre son délibéré, après la requête en référé déposée par l’association. La justice a accompagné son jugement d’une astreinte de plus de 500 euros par jour soulignant que sa décision est immédiatement exécutoire.

La victoire de la solidarité

Au moment où la campagne des Pères Noël verts bat son plein, cette décision est un encouragement pour toutes familles accueillies et pour tous les bénévoles. « Ensemble, depuis plus de 14 mois, nous n’avons redouté ni le froid, ni les intimidations du maire. Même si nous étions dans un local sans gaz ni électricité, nous avons toujours répondu à la souffrance d’autrui », affirme, avec conviction, Anne Duflot-Allievi, responsable du Secours populaire d’Hayange.

Face à cette épreuve, le SPF, au lieu de faiblir, a au contraire démultiplié les actions, parfois dans des conditions d’accueil inconfortables et rudes. « Au début, nous n’avions même plus de quoi offrir un café chaud aux gens qui poussaient la porte du local parce qu’ils avaient faim », raconte Anne Duflot-Allievi. 

Mais à Hayange, l’entraide est plus forte que la haine

À l’automne 2016, le maire frontiste menait en effet une offensive contre l’association demandant, sans jugement d’expulsion, au Secours populaire français de quitter les lieux appartenant à la ville, lui coupant le gaz, l’électricité, subtilisant l’enseigne. Impossible alors de conserver les denrées périssables.  Immédiatement, les bénévoles ont conscience que beaucoup de familles vont être dans le besoin. Mais Anne Duflot-Allievi et les bénévoles du coin ne sont pas de ceux qui renoncent. Très vite, grâce à la solidarité populaire, le soutien d’associations locales et nationales, de municipalités voisines, des dons financiers ou matériels, l’association va faire face. Le SPF d’Hayange a continué inconditionnellement d’aider plus d’un millier de personnes en difficulté fréquente.

Pour que Noël n’oublie personne

En décembre, les Pères Noël verts du Secours populaire français sillonnent l’Hexagone et le monde « pour que Noël n’oublie personne ». Quand on a tout perdu, quand on est dans le manque, l’heure des fêtes de fin d’année sonne comme douloureuse pour les enfants, les familles en difficulté et les personnes seules.

Avec le Secours populaire, la solidarité populaire se manifeste. À Hayange, elle s’est manifestée, elle se manifeste et se manifestera : Le SPF d’Hayange recevra les enfants le 20 décembre pour fêter Noël, avec des cadeaux, des friandises. Le 21 décembre, il y aura une grande distribution de colis alimentaires de Noël avec des produits pour que chacun dans la dignité dresse une table de fête.  Encore émue par la décision de justice du TGI de Thionville, Anne Duflot-Allievi en est sûre : « Ces fêtes vont être merveilleuses. »