Haïti, trois ans après le séisme : le SPF continue ses actions [Archivé]

Le 12 janvier 2010, Haïti était dévasté par un terrible séisme. Le Secours populaire a déployé plusieurs missions de solidarité à destination de ce pays, qui vit crises sur crises depuis plusieurs décennies. Après l´aide d´urgence, le SPF s´est concentré sur la reconstruction d´écoles.

  • Mis à jour le :

Dès le mois de février suivant la catastrophe, le Secours populaire a distribué nourriture, médicaments et produits d'hygiènes à plus de 7.100 survivants. Puis, l'association a abrité 39.000 sinistrés avec des tentes. Des

actions ont aussi été menées dans le domaine de la santé ou celui de l'agriculture. A la fin 2012, l'association avait utilisé 3,1 millions d'euros sur les 4,4 millions collectés auprès des donateurs (chiffres provisoires).Télécharger le bilan Haïti, 3 ans après [PDF - 1412 Ko].

Reconstruire les écoles pour préparer l'avenir

L'effort principal s'est porté sur la construction de nouvelles écoles et la réhabilitation d'établissements qui avaient été détruits. Pour nous, il était clair que c'était le meilleur moyen d'aider Haïti à se relever, rappelle Camille Guérin, chargé de projet au service monde du SPF. Par définition, il s'agit de programmes qui durent plusieurs années. Le pays étant ravagé, ces chantiers ont pris beaucoup de temps, relève Ismaïl Hassouneh, secrétaire national du SPF. Il faut d'abord trouver le terrain adéquat, puis identifier les entreprises de la région et les experts locaux capables de construire des locaux aux normes antisismiques.
Pour une meilleure efficacité, chaque action a été réalisée avec des partenaires locaux. Nous les avons sélectionné sur chaque projet, ajoute Corinne Makowski, secrétaire nationale du SPF chargée des projets monde.

Les écoliers manquent de tout

La reconstruction du groupe scolaire de

Rivière-Froide a représenté l'initiative la plus importante : 1 200 écoliers sont désormais accueillis dans 14 classes. L'implication du SPF s'est étendue à tout ce qui permet aux enfants de pouvoir suivre une scolarité correcte : une cantine offrant un repas équilibré dans un pays où de nombreux écoliers ne mangent pas toujours à leur faim, par manque d'argent ; un bloc sanitaire et une station de traitement de l'eau afin d'empêcher toute épidémie ; un terrain de basket.Le SPF a aussi construit une infirmerie. Le docteur Ammly Célestin, correspondante de l'association en Haïti, y assure la médecine scolaire : Les enfants d'Haïti sont les plus pauvres du continent américain et des Caraïbes. Nombreux parmi ceux que je soigne à Rivière-Froide, souffrent de carences alimentaires et n'ont qu'un accès limité aux soins médicaux.

Il reste beaucoup à faire

Grâce aux donateurs et aux bénévoles du SPF, plus de 300 élèves ont fait leur rentrée des classes en octobre dernier à l'école de Gros-Trou, dans la commune des

Gonaïves, à l'ouest du pays. A Verrettes, c'est le collège Massawitz qui a ainsi pu être rénové tandis qu'une nouvelle école a vu le jour au village des Orangers : 600 enfants y suivent désormais des cours.Néanmoins, les traces du séisme du 12 janvier 2010, qui a provoqué plus de 220.000 morts et fait 300 000 blessés, sont visibles. Près de 400.000 Haïtiens vivent encore sous des tentes, après la destruction de leur maison. Le tremblement de terre a aussi endommagé toutes les infrastructures : routes, réseaux d'eau potable, écoles...En novembre dernier, l'ouragan Sandy a ravagé les cultures menaçant de famine des centaines de milliers d'Haïtiens. Le SPF a lancé un nouveau programme d'aide et a déjà fourni des semences à 200 familles de paysans.

Fichiers