Quels sont mes droits ?

Pour que tous les enfants du monde aient vraiment les mêmes droits.

20100819 - Droits de l'enfant Les enfants remplissent le dépliant Copain du monde des droits de l'enfant lors de la journée Soleils d'Europe" le 19 août 2010.
© Joël Lumien

Les droits qui assurent aux enfants le respect de leur dignité, leur bien-être et les conditions d’un bon développement ont fait l’objet d’un texte qui devrait être appliqué dans tous les pays. La Convention internationale relative aux droits de l’enfant constitue une loi universelle qui n’est pas encore assez connue et insuffisamment mise en œuvre. Le Secours populaire s’attache à la faire découvrir aux enfants eux-mêmes, dans ses locaux, les écoles, les centres de loisirs... En France et à l’étranger, il agit pour que ces droits deviennent des réalités de leur vie quotidienne. Le concours des enfants du mouvement Copain du monde est infiniment précieux pour y parvenir.

Le droit d’avoir des droits

Au fil des siècles, les enfants ont eu la vie dure dans la plupart des sociétés. Même s’il y a toujours eu une toute petite minorité d’adultes plus attentifs que leurs contemporains aux besoins spécifiques des enfants, leur sort n’était pas enviable.

De nos jours, des progrès importants ont été accomplis, mais un grand nombre d’enfants connaissent encore des conditions de vie difficiles : besoins non satisfaits, droits non respectés, violences et abus divers, perspectives d’avenir limitées.
Combien sont-ils ? Sur plus de 2,2 milliards d’enfants (évaluation Unicef, 2012), probablement  des centaines de millions. Nul n’en connaît le chiffre exact.
Parmi eux, un enfant sur trois n’est pas déclaré à la naissance et n’a donc pas d’identité juridique. Un sur sept ne possède pas de certificat de naissance. Dans  les deux cas, ces enfants sont privés du droit civil fondamental qui donne accès aux soins de santé, à la sécurité sociale et à l’éducation !

Les droits de l’enfant ont plusieurs raisons d’être

Le plus souvent, la condition des enfants a évolué avec l’amélioration de la vie de leurs familles. Mais pas seulement.


Depuis la deuxième moitié du 19e siècle, les pays industrialisés ont connu un développement scientifique considérable et les recherches concernant l’enfant se sont multipliées. Elles ont remis en cause des usages sociaux et des traditions éducatives néfastes à son développement.


Parallèlement, les dirigeants de plusieurs pays dans le monde ont pris conscience que l’évolution même de la société et l’augmentation de son niveau de vie dépendaient étroitement de la santé, de l’instruction et de la qualification professionnelle du plus grand nombre de ses enfants et adolescents. 
C’est la convergence des préoccupations des gouvernements, et des exigences formulées par des organisations non gouvernementales connaissant bien les besoins psychologiques et physiologiques des enfants, qui a donné naissance au texte de la Convention internationale des droits de l’enfant.

Résumons. Les droits de l’enfant ne sont pas des privilèges accordés par les adultes. Ils témoignent du respect dû à toute personne, quel que soit son âge. Ils reconnaissent les besoins spécifiques liés à l’immaturité de l’être humain, et favorisent le développement de ses potentiels. Leur application assure à l’enfant une enfance plus heureuse et le prépare à un meilleur avenir. Son entourage et son pays sont aussi les bénéficiaires du respect de ces droits.

Articles