Tisser des liens pour faire reculer le racisme

Depuis toujours les copains du Monde agissent pour faire reculer le racisme et les discriminations. Tout au long de l’année mais particulièrement lors des Villages copains du Monde ils défendent le vivre ensemble.

Les copains du Monde mobilisés contre les discriminations Chaque année, les Villages copains du Monde rassemblent des milliers d'enfants qui découvrent le vivre ensemble.
© SPF

La Journée internationale pour l’élimination de la discrimination raciale est célébrée chaque année le 21 mars, pour commémorer ce jour de 1960 où, à Sharpeville (Afrique du Sud), la police a ouvert le feu et tué 69 personnes lors d’une manifestation pacifique contre les lois relatives aux laissez-passer imposées par l’apartheid. Pour sa part, le SPF et son mouvement d’enfants copains du Monde, agissent quotidiennement contre les discriminations raciales et bien au-delà de cette journée. Fervent défenseur de la tolérance et du vivre ensemble le Secours populaire porte haut et fort l’idée que la tolérance, le dialogue interculturel et le respect de la diversité sont plus indispensables que jamais. Cette Journée internationale pour l'élimination de la discrimination raciale est l'occasion pour chacun de repenser au principe fondamental énoncé dans la Charte des Nations Unies et la Déclaration universelle des droits l'homme, celui de l'égalité de tous les êtres humains, et de le mettre en pratique. Dans les clubs copains du Monde, le 21 mars c’est toute l’année.

« Il faut s’accepter comme on est »

Avec des expériences très diverses, les copains du Monde se mobilisent régulièrement pour que le vivre ensemble ne soit pas qu’un simple slogan. Avec notamment chaque année l’organisation de Villages d’enfants copains du Monde, lieux où ils tissent des liens d’amitié avec des enfants d’autres pays. L’été, les enfants venus de différents pays ont le plaisir de s’y retrouver. Ils y partagent des moments forts, d’échanges autour d’activités sportives, culturelles et participent également à des projets solidaires. L’année dernière, lors du Village organisé en Guyane, les rencontres entre des enfants de cultures différentes ont été nombreuses et riches en émotionsAvec ce séjour, créoles et amérindiens ont appris à vivre ensemble, ce qui a bien évidemment contribué à leur faire découvrir d’autres cultures et à dépasser certains clichés.  Autre sujet sur lequel ils ont voulu réfléchir, le racisme comme en témoigne l’intervention d’Ama, 12 ans. « Ce qui me chagrine c’est le racisme, car je trouve qu’il faut s’accepter comme on est. La couleur de peau, la couleur des cheveux cela ne doit pas avoir d’importance, ce qui compte c’est ce qu’on a dans le cœur ».