Copain du monde, l'éducation populaire à l'œuvre [Archivé]

Les enfants qui mettent en mouvement la solidarité par des actions concrètes façonnent au Secours populaire français le mouvement Copain du monde.

L'avenir dépend de nous. Les enfants font l'apprentissage de leurs droits et les revendiquent publiquement.
SPF 37

En 2000, les copains du monde rejoignent la grande collecte du Secours populaire pour lutter contre le sida et aider les orphelins d’Afrique en vendant des milliers de bracelets brésiliens. En 2007, ils proposent des textes pour une meilleure application des droits de l’enfant ; en 2010, après le séisme qui a anéanti Haïti, où l’indicible misère, déjà existante, se propage, les copains du monde se mobilisent dans toute la France autour de l’action « 1 brique =  1 euro ». Encore en ce début octobre 2017, ils sont nombreux à travers la France au sein des comités et des fédérations de l’association à collecter des dons, à créer de touchants dessins, criant un altruisme sans bornes à leurs petits camarades des Antilles, qui ont tout perdu. Ces actions menées par les enfants restent et resteront non seulement des moments-clés de l’histoire du Secours populaire français, mais aussi l’illustration extraordinaire de la force et de la capacité des jeunes à venir en aide à leur prochain.

La jeunesse a toute sa place au SPF

Depuis vingt-cinq ans, petits et grands construisent au sein du Secours populaire, main dans la main, un avenir où chacun trouve sa place en tant que bénévole à part entière. Réunis ou non dans des clubs encadrés par des bénévoles expérimentés, les enfants prennent souvent appui sur l’école, le collège, les centres de loisirs. Ils font vivre l’éducation populaire, si chère à l’association. Toute l’année, ils développent des collectes matérielles ou financières, accueillent des enfants venus d’autres régions ou pays, notamment lors des Villages Copain du monde. Chaque année, en France et à l’étranger, des milliers d’enfants de plus de 50 nationalités différentes apprennent à mieux se connaître, à gommer ainsi les réflexes de repli, qui conduisent à la xénophobie. Ensemble, en jouant, en riant, en échangeant, en questionnant, avec cette spontanéité propre à leur jeune âge, ils font tomber les barrières de l’intolérance et des stéréotypes. Le SPF a cette spécificité remarquable de donner toute sa place démocratique à l’enfant, à l’adolescent, de lui transmettre les valeurs qui ont favorisé l’émancipation des peuples. Ainsi, les copains du monde jouent un rôle important dans la préparation des congrès départementaux et nationaux.

Mondialiser la solidarité

« Proposer aux enfants l’action, l’organisation et la responsabilisation, c’est intégrer Copain du monde comme pierre angulaire de l’association, mondialiser le mouvement, c’est lui donner une ampleur universelle et fraternelle », précise Farida Benchaa, membre du comité national. De génération en génération, Copain du monde fait la démonstration que chacun, même le plus vulné­rable, a la possibilité d’aider cet autre, de lui tendre la main, en mettant en mouvement la solidarité, ici et là-bas.

En images

Liens

Fichiers

Mots-clés