A Besançon, les fêtes de Noël sont intergénérationnelles [Archivé]

Le 13 décembre, des résidents de l’EPAHD*, Alexis Marquiset de Mamirolle et des enfants du Secours populaire de Besançon se sont retrouvés le temps d’une après-midi festive. Après avoir reçu des cadeaux, ils ont pris le temps de discuter avec les personnes âgées.

Le 13 décembre 2017, des résidents d'un EPAHD ont joué les pères Noël verts.
Jean-marie Rayapen

« Mais avez-vous été sage cette année ? ». Cette question Stéphanie Bouveresse la pose à tous les enfants présents. Animatrice dans la résidence elle en fait la condition essentielle pour recevoir un cadeau. A l’unanimité, du plus jeune au plus âgé, ils répondent tous mériter les faveurs du père Noël.

L’idée de ce Noël avant l’heure, revient à la société Fam’est et aux résidents de l’établissement qui ont participé à la réalisation d’un catalogue de prêt-à-porter sénior. Les bénéfices de cette opération ayant été reversé au SPF, pour que des enfants puissent avoir un cadeau à Noël. Ainsi, 12 jouets ont été emballés par les résidents, qui se sont transformés en père Noël verts le temps d’une journée. Chacun leur tour, ils ont distribué les paquets : pour les filles, des coussins à décorer et pour les garçons, des vaisseaux Star Wars à construire.

Une  fois les cadeaux déballés, et les jouets mis dans un coin, jeunes et moins jeunes ont partagé un goûter. Tartes maisons et jus de fruits pour tout le monde. Beaucoup moins timides qu’à leur arrivée, Nouala, Fathia et Hamir, ont même fait le service en proposant des parts de gâteaux aux « mamies », comme ils ont décidé de les appeler.

Après les cadeaux, le temps de l’échange

Tout en dégustant leurs friandises et leurs boissons, Admir et Nadir s’approchent de Paulette  Bessoms en fauteuil roulant pour lui poser quelques questions, notamment si elle a connu la guerre et si elle s’est battue. « Oui j’ai connu la guerre, à l’époque j’habitais Paris avec mes parents qui tenaient un commerce près de l’Opéra. Je voyais beaucoup de soldats allemands dans mon quartier. Mais c’est surtout à la libération, en 1944 que nous avons eu des combats dans les rues. Mon futur mari lui, était prisonnier de guerre en Allemagne ». Les enfants lui demandent si elle a été blessée à la guerre. Amusée par la question, elle répond que non et surtout qu’elle n’a jamais portée d’armes. Il est vrai que son grand âge, 100 ans depuis deux mois lui confère une position privilégiée qui impressionne ce jeune public. Heureuse de conter sa vie, elle leur parle même de Joséphine Baker qu’elle a vu sur scène ainsi que de sa vie parisienne.

Un peu plus loin, une autre résidente avec son panier à tricot sur les genoux montre à Safaa comment elle fabrique de petits personnages en laine. « Il suffit de deux aiguilles et de quelques bouts de laine. C’est très simple, mais cela me prend du temps car je ne vois plus très bien. » explique t-elle. De toutes les couleurs les petits bonhommes de laine ont du succès, surtout auprès des petites filles.

Il n’y a pas d’âge pour croire au père Noël

Madame Besson, âgée de 83 ans, dit avoir retrouvé un peu de sa jeunesse et de son énergie « Passer du temps avec des enfants cela fait du bien, la  jeunesse et les rires cela fait du bien au moral. » nous confie-t-elle. Un peu curieuse, Fathia lui demande ce qu’elle a commandé au père Noël, et c’est très spontanément qu’elle lui répond « Une jolie robe un peu chaude avec des fleurs »

Alors que la nuit commence à tomber, il est temps pour les enfants de rentrer, car ils sont attendus par leurs parents à la fédération. De leur côté, les résidents, un peu fatigués mais  très heureux  de cette rencontre, vont retrouver le calme de leur chambre.

Cette initiative au sein d’un EPAHD est une première pour le Secours populaire du Doubs, mais certainement pas la dernière, car, comme nous l’explique Blandine Polonceau, secrétaire générale de la fédération du Doubs «  Nous avons eu beaucoup de plaisir à organiser cette rencontre. Les enfants sont contents d’avoir reçu un cadeau mais aussi de ce moment festif avec des personnes âgées. Un peu réservés au début, ils se sont assez vite sentis à l’aise et ont pris le temps de discuter et de poser des questions aux résidents. La fête et l’échange étaient au rendez-vous comme nous le voulions. »

*Etablissement d’hébergement pour personnes âgées.

Mots-clés