Ajaccio : les “Copain du Monde” emballés par la solidarité [Archivé]

A Ajaccio, les enfants “Copain du Monde” s’engagent sur tous les fronts de la solidarité pour contribuer à réduire les injustices près de chez eux comme au bout du monde. A l’approche de Noël, ils mobilisent leur talent et leur énergie pour emballer des paquets-cadeaux. Ceux destinés aux enfants des familles en difficulté accompagnées par le Secours populaire comme ceux des clients des magasins qui, ainsi, offrent une participation financière au profit de l’association. Reportage.

Thiéfaine et Salsabile, enfants "Copain du Monde" au SPF d'Ajaccio, emballent des paquets-cadeaux pour la solidarité.
Jean-Marie Rayapen / SPF

Les yeux encore gonflés de sommeil, le sourire courant d’une oreille à l’autre, les enfants arrivent un par un. Ce samedi matin, comme tous les samedis de novembre et de décembre, les “Copain du Monde” se retrouvent à la fédération de Corse du Secours populaire pour emballer les jouets neufs collectés par l’association. Ainsi empaquetés, ils seront choisis par les familles en difficulté qui les déposeront ensuite au pied du sapin pour leurs enfants. La salle de réunion est entièrement occupée par ces paquets-cadeaux, de toutes tailles, formes et couleurs, rigoureusement ordonnés en fonction de l’âge de leurs futurs destinataires. Sur chacun d’eux, d’une écriture parfois encore enfantine, sont mentionnées la nature et la tranche d’âge de son contenu. Dans une autre pièce reposent des dizaines de jouets et de jeux ainsi que du matériel d’emballage : des cylindres de papier coloré, des bobines de ruban, des rouleaux de scotch, des paires de ciseaux ainsi que de petits macarons autocollants à l’effigie des Pères Noël verts… C’est ici que se sont donnés rendez-vous les enfants : Rayan, 9 ans et Thiéfaine, 13 ans, sont bientôt rejoints par Salsabile (12 ans), Lellya (11 ans), Violaine (13 ans) ainsi que Nore et Safaa, jumelles de 16 ans. Cette dernière, bénévole au SPF en tant que “Copain du Monde” depuis 5 ans, pose sur le groupe un regard plein de fierté et de tendresse.

L’enfance, ce territoire si tendre et enclin à la solidarité

Et puis il y a Édith, un peu plus âgée - 65 ans ! Elle est la bénévole en charge du mouvement d’enfants “Copain du Monde” et c’est elle qui les accompagne dans leur exercice de la solidarité. L’enfance, « ce territoire si tendre et enclin à la solidarité », est devenu l’objet unique de son engagement au Secours populaire, après six années passées à accueillir les familles en difficulté. « Mon rôle de bénévole auprès des enfants “Copain du Monde”, c’est celui d’éveilleur de leurs consciences - qui le sont déjà largement -, et c’est leur prodiguer de la confiance, éclaire Édith.  C’est aussi un accompagnement affectif quand nous abordons des thèmes difficiles de la vie : l’idée est de grandir, de construire l’avenir et de pratiquer la solidarité ensemble. » Chaque fin d’été, elle coordonne le village d’enfants “Copain du Monde” qui se déroule à Pietrosella. 35 enfants français et étrangers, encadrés par une quinzaine d’adultes, s’y retrouvent pour une semaine de loisirs, de culture et de sport, ainsi que d’ateliers de sensibilisation à la solidarité, à l’environnement et aux droits de l’enfant. L’atmosphère de joie, d’attention à l’autre et de grande détermination de ce samedi matin permet d’imaginer ce qui se trame chaque été à Pietrosella…

Ajaccio : les “Copain du Monde” emballés par la solidarité

Hyacinthe confie tous ses secrets pour faire les plus beaux des paquets-cadeaux. ©Jean-Marie Rayapen

Faire friser les rubans comme jamais et emballer l’impossible

Aujourd’hui est un grand jour : leur art de l’empaquetage, les “Copain du Monde” vont l’expérimenter hors-les-murs. Ils s’apprêtent à renforcer les équipes de bénévoles qui réalisent les paquets-cadeaux à la sortie des grands magasins d’Ajaccio, source incontournable de collecte financière pour la campagne des Pères Noël verts, ici en Corse comme dans toutes les fédérations du SPF. Mais auparavant, ils assistent à une formation dispensée par Hyacinthe, secrétaire général mais, ce matin, formateur « ès paquets-cadeaux ». Bonnet vert sur le chef, il confie aux enfants ses techniques secrètes, qui leur permettront de faire friser les rubans comme jamais, emballer l’impossible, rentabiliser le papier pour ne pas gaspiller. Tout un lexique fleurit tandis que Hyacinthe exécute avec grâce l’empaquetage de cadeaux de plus en plus « tordus » : « plis », « rabats », « aplats », « creux », « finitions »… Les enfants, concentrés, sont alors invités à s’entraîner et c’est spontanément qu’ils se mettent par deux – « c’est plus simple pour s’entraider », glisse Violaine. Les valeurs de la solidarité, ils les appliquent d’abord entre eux, laissant entrevoir ce que pourrait être notre monde s’il était ainsi conduit.

Nous vivons cette aventure ensemble ! 

La beauté des intentions vient se nicher dans les détails de ces paquets que les “Copain du Monde” font, à la suite de Hyacinthe, avec un soin extrême. « Tout est dans la beauté du pli les enfants ! Avec un beau pli, on passe de 50 centimes à 2 euros ! », plaisante Hyacinthe. Et les nouveaux cadeaux viennent bientôt grossir les montagnes colorées de la salle de réunion. Les rires fusent bien sûr : « Violaine, ce n’est pas un cadeau ! », lance Salsabile, avant de prendre son amie dans ses bras. Puis, sérieuse tout à coup, brandissant le jouet qu’elle est en train d’emballer : « Tu vois, cette poupée, elle est chère, aux alentours de 20 euros. Pour certaines familles, ce n’est pas possible de l’acheter à leurs enfants. Alors comme ça, ça devient possible ! » La matinée file ainsi et l’heure du déjeuner arrive bientôt : Laure arrive justement les bras chargés du repas du midi. Cette jeune maman s’est engagée en même temps que sa fille Lellya. « Cela fait trois ans que Lellya veut faire du bénévolat pour aider les plus pauvres, explique Laure. Mais ce n’est qu’en février dernier que nous avons trouvé le moyen pour elle de s’engager. Dans l’émission Secours Pop, la Grande soirée sur France 2, nous avons découvert le mouvement d’enfants “Copain du Monde”. Nous sommes allés voir le SPF à Ajaccio et elle a pu commencer tout de suite. Je souhaitais moi aussi être bénévole alors j’ai accompagné Lellya. Nous vivons depuis cette aventure ensemble ! »

Ajaccio : les “Copain du Monde” emballés par la solidarité

Rayan vient d'emballer un jouet qui sera offert à un enfant en difficulté, dont la famille est accompagnée par le SPF d'Ajaccio. ©Jean-Marie Rayapen

Une pierre de plus dans la construction d’un monde plus juste et plus solidaire

Le repas avalé, les enfants se répartissent dans les voitures, direction l’Atrium, le plus grand centre commercial d’Ajaccio. Salsabile, Violaine et Thiéfaine se serrent sur le siège arrière de l’automobile de Laure. « Ah qu’est-ce qu’on est serrées au fond de cette boîte », commence à chanter Violaine avant de pouffer de rire. Toutes trois se taquinent, regardent leur portable, rient à nouveau : elles sont des adolescentes comme toutes les autres. La discussion s’oriente sur les origines de chacune. Violaine a de la famille qui vient de Belgique et d’Allemagne, Salsabile du Maroc et d’Algérie, Thiéfaine d’Italie. « Ça, c’est sûr, on est de vraies “Copain du Monde” ! », sourit cette dernière. La voiture se gare bientôt et les trois filles jaillissent du véhicule, leur tee-shirt orné des logos du SPF et de “Copain du Monde” bien apparent. Elles rejoignent leurs amis déjà arrivés et se répartissent sur les deux stands installés dans le hall du centre, derrière lesquels s’activent les bénévoles du SPF. « C’est formidable, ces jeunes qui viennent prêter main forte ! ». C’est Nadia, bénévole, qui s’émeut. Enfant, elle était elle aussi une « Copain du Monde », quand elle vivait dans le quartier de l’Arlequin, à Grenoble. « J’ai toujours, chez moi, une affiche de cette époque-là. Ça a beaucoup compté. Je n’ai jamais cessé après de faire du bénévolat », explique-t-elle.

C’est formidable, ces jeunes qui viennent prêter main forte ! 

Violaine est « hyper concentrée » : elle réalise son premier paquet, un lot de tasses à café que lui a confié un jeune homme. Celui-ci la regarde faire, mi-impressionné, mi-amusé puis glisse un billet de 20 euros dans l’urne – pas de doute possible, les plis de Hyacinthe font des miracles. A la même table, Salsabile et Thiéfaine sont venues à bout d’une caisse enregistreuse et d’une voiture. Thiéfaine confie : « Ça me met de bonne humeur d’être là, ça m’a manqué tout ça et je suis heureuse de revoir mes amis. » En effet, la crise sanitaire a mis à mal les rendez-vous solidaires des “Copain du Monde”, qui œuvrent d'habitude sans relâche. En Corse, ils ont collecté des fonds pour offrir aux écoliers de Madagascar des fournitures scolaires et des repas de cantine, aux enfants du Sénégal des paires de lunettes, aux familles en difficulté d’Ajaccio des produits d’hygiène pour leurs enfants et leurs bébés. Chaque vendredi après l’école, c’est l’heure de “vélos solidaires” : ils réparent eux-mêmes des bicyclettes pour, en coïncidence avec leur préoccupation pour l’environnement, offrir aux plus démunis les moyens de se déplacer en toute autonomie. Ils vont régulièrement dans les écoles pour parler aux jeunes enfants de solidarité. Les paquets-cadeaux, qu’ils effectuent avec leur enthousiasme coutumier, est une pierre de plus dans leur construction déterminée d’un monde plus juste et plus solidaire. A l’autre extrémité du centre, Rayan, Lellya, Nore et Safaa, rejoints par Mayilan, ne sont pas en reste. « J’ai fait trois paquets, annonce Lellya, savourant une pause. Je pense que je me suis bien débrouillée car tous les clients ont donné de l’argent ! J’aime bien faire les paquets cadeaux parce que c’est de la logique. Et j’adore la logique ! », conclue-t-elle tout en achevant en un temps record un Rubik’s Cube.

Les bonnets verts des “Copain du Monde” avivent le long hall de l’Atrium, leurs rires parfois percent le murmure des conversations des passants, leur énergie ne décroît pas. Édith passe sur les stands pour s’assurer que tout va bien, dire un petit mot à chacun. Lellya lui glisse dans la main un sachet de graines. « C’est le blé de la Sainte-Barbe, éclaire Édith. C’est pour avoir la prospérité toute l’année ! » Cette tradition, en vigueur à l'approche de Noël et vivace dans le sud de la France, symbolise le passage d’une saison à l’autre, d’une génération à l’autre. D’Édith, Hyacinthe et Laure à Lellya, Salsabile, Thiéfaine et tous les enfants “Copain du Monde” d’Ajaccio, la solidarité, volontaire et sans frontières, est entre de bonnes mains.

Ajaccio : les “Copain du Monde” emballés par la solidarité

Lellya et Rayan ont rejoint Deborah, bénévole du SPF d'Ajaccio, sur le stand des paquets-cadeaux à l'Atrium, le plus grand centre commercial de la ville. ©Jean-Marie Rayapen


Ajaccio : les “Copain du Monde” emballés par la solidarité

 

 

« Le Secours populaire compte sur nous. Ce qui me plaît dans le bénévolat, c’est la possibilité d’être solidaire, mais aussi de rencontrer d’autres bénévoles, de tous âges. Ça me fait du bien d’aider les autres. »

Safaa, 16 ans

Ajaccio : les “Copain du Monde” emballés par la solidarité

 

 

« Je m’engage pour défendre les droits de l’enfant : les enfants ont un rôle à jouer, ils ont des idées et ne servent pas à rien !  »

Salsabile, 12 ans

Ajaccio : les “Copain du Monde” emballés par la solidarité

 

 

 

 

« Je suis contente d’être Copain du Monde car cela me fait sentir être une meilleure personne. Et je me suis fait des amis avec qui je partage de bons moments.  »

Thiéfaine, 13 ans

Ajaccio : les “Copain du Monde” emballés par la solidarité

 

 

« Être Copain du Monde, cela me permet d’aider les autres. Et les savoir heureux, cela me rend heureuse moi aussi.  »

Lellya, 11 ans

Liens

Mots-clés