La vente du muguet : une tradition au SPF [Archivé]

Cette année encore les bénévoles de l’association seront présents dans plusieurs villes de France. À Limoges, Colomiers, Paris… ils proposeront des brins de muguet pour financer la campagne vacances du SPF.

Depuis toujours le SPF est présent le 1 er mai pour offrir le muguet de la solidarité
DR

« Cela fait bientôt 20 ans que nous vendons du muguet le 1er mai. Avec quatre stands répartis sur la ville, nous sommes reconnus par les habitants. Ils savent qu’en achetant nos brins ils aident des familles à partir en vacances. L’année dernière cela nous a rapporté la somme de 2 500 euros » explique Benjamin Blanc le responsable du comité de Colomiers près de Toulouse. Comme les bénévoles de Haute-Garonne, ceux de Limoges et de Paris tiendront des stands et proposeront les brins de muguet de la solidarité au public. Mais tenir un stand et vendre du muguet ce jour-là n’est pas une nouveauté pour le Secours populaire. Les premiers témoignages de vente de cette fleur porte-bonheur remontent à 1938.Chaque année, le 1 er mai est l’occasion pour les bénévoles de se mobiliser. Selon les périodes les actions diffèrent. Dans les années d’après-guerre, l’association organisait des « Nuits du Muguet » au profit de l’enfance. En 1946, au palais de la Mutualité un grand bal est organisé avec en avant-première un concert d’Edith Piaf. Durant une dizaine années d’autres nuits du Muguet eurent lieu en France. À chaque fois des artistes y participent, comme Jean Dalleray, un fantaisiste de la chanson français. Plus tard, les bénévoles prirent l’habitude d’offrir des brins de muguet à des personnes âgées vivant en hospice et de le vendre dans les quartiers. Interviewés dans le journal la Défense de juin 1966, Germaine et Georges Deconinck bénévoles du comité de Hellemes dans le Nord nous parlent de leur comité « Les bénévoles de Hellemes vendent du muguet avec l’aide d’enfants des écoles afin d’offrir des journées au soleil à l’enfance handicapée et déshéritée.»

Pour les petits filleuls de la solidarité

De nombreux jeunes participent également à la vente des « Clochettes embaumées » notamment en s’installant devant leurs lycées. Par exemple, en 1978 à Saint-Etienne des lycéens vendent 6 000 brins de muguet en deux jours. Puis au fil du temps la vente du muguet s’inscrit définitivement dans la campagne vacances avec pour objectif principal de collecter des fonds pour offrir des vacances à ceux qui ne partent jamais. Toujours dans le journal la Défense on peut lire ceci « Le 1er mai approche et ce jour-là il n’y a pas un seul foyer sans muguet. Dans chaque comité partout où cela sera possible au coin des rues, sur les marchés, dans les quartiers…Il faut organiser la vente des clochettes porte-bonheur. Les acheteurs accompliront un geste agréable et utile en se procurant le muguet du SPF qui portera doublement bonheur puisque le produit de sa vente se transformera en eau pure, en ciel bleu en permettant d’heureuses vacances aux petits filleuls de la solidarité. »

Mots-clés