Une mission en action aux Bahamas, après Dorian

Après le passage de l'ouragan Dorian sur les Bahamas, une mission du Secours populaire agit sur place. Les autorités craignent que le bilan, déjà dramatique, s’alourdisse dans les jours à venir. Des milliers de personnes sont disparues ou sans abri.

Il faudra reconstruire des maison et des écoles, voire donner un coup de pouce pour la reprise d’activité économique.
©Scott Olson/Getty Images South America/Getty Images/AFP

Une semaine après le passage de l'ouragan Dorian, l’archipel des Bahamas connait une crise humanitaire sans précédent. Le bilan de 44 morts devrait être revu à la hausse à mesure que les décombres seront déblayés.

« C’est un paysage apocalyptique, la dévastation est énorme. Des milliers de gens ont tout perdu et n’ont plus aucun abri », relève sur place Christian Lampin, secrétaire général du Secours populaire.

Une intervention sur l’île d’Abaco

L’association mène actuellement une mission humanitaire en lien avec ses partenaires l’association Soleil d’Or, de Guadeloupe, et Madtwoz Family, de Saint-Martin. Le Secours populaire a débloqué une première aide d’urgence de 50 000 euros.

« Le manque d’eau potable est criant, les autorités redoutent l’apparition du choléra », ajoute Christian Lampin. Les membres de la mission ont distribué des filtres à eau, dimanche 8 septembre, sur l’île d’Abaco, l’un des points ayant le plus souffert avec des vents à plus de 250 km/h.

Des centaines d’habitants sont assis sur leurs valises dans le port, faisant une croix sur leur vie d’avant, après avoir tout perdu. « D’autres font le choix de rester, dans le dénuement complet. »

La reconstruction va prendre du temps

Mardi 10 septembre, la mission du Secours populaire et de ses  partenaires se rendra à Grand Bahama, l’autre zone la plus dévastée, afin de procéder à des distributions de matériel de production d’électricité à partir d’énergie solaire, de produits d’hygiène et d’eau. La région est en effet privée d’eau potable et d’électricité.

Le Secours populaire étudie les actions à mener une fois la période d’urgence passée. « Il faudra reconstruire des maison et des écoles, voire donner un coup de pouce pour la reprise d’activité économique. »

Pour le moment, les projets sont encore à l’étude avec les autorités et les partenaires. Le Secours populaire a néanmoins une expérience dans la région, tant en Haïti, qu’à Saint-Martin ou à la Dominique, après le passage de l’ouragan Irma, en 2017.

Témoignages

Il faut lutter contre l’image de paradis fiscal où tout le monde serait riche. Non, il y a beaucoup de pauvres et beaucoup la plupart des emplois sont liés au tourisme, donc une partie importante de la population n’a plus de moyens de subsistance.

Christian Lampin, secrétaire général en mission aux Bahamas

Pas d’action sans don !

Votre soutien financier nous permettra d’apporter une solidarité concrète aux victimes. L’ampleur de l’aide dépendra des fonds que nous réussirons à collecter.

Mots-clés