Premier coup de sifflet pour les vacances d’été [Archivé]

Le Secours populaire français – avec la SNCF et l’ANCV – siffle le départ de sa campagne vacances de l’été 2017, à la gare Montparnasse. Ce 24 mai, les bénévoles accompagnent des centaines de familles pour un séjour à Tarnos, près de Bayonne.

Joyeuses, 450 personnes se sont élancées pour monter à bord du train spécial affrété à la gare Montparnasse pour la première action de la campagne vacances d'été 2017 du SPF.
Joël Lumien

Huit heures, mercredi 24 mai. Sur le quai numéro 1 de gare Montparnasse, les bénévoles du Secours populaire français accueillent des familles d’Île-de-France, qui ne sont pas parties en vacances depuis des années, en raison du chômage où de la précarité de leur emploi.

Une atmosphère joyeuse se dégage. Avec quelques valises à ses pieds, Marie attend avec ses trois petits. Elle est impatiente : « Nous ne sommes pas partis depuis six ans, c’est long… Nous allons profiter de ce séjour pour passer du temps ensemble, faire du vélo en famille. Ça va être super ! »

La joie d’être ensemble, loin de chez soi

Pique-niques, visite de musée animations et soirée festive sont également prévues.  À « La forêt des Landes », le village de Touristra vacances situé à Tarnos, la famille pourra aussi profiter de la piscine, faire du tennis, découvrir la pelote basque et voir la mer, entre autres.

Ce sont au total 450 personnes qui sont invitées par le Secours populaire, ainsi que ses fédérations en Île-de-France et de la Nouvelle-Aquitaine. « Voir la mer pour la première fois, c’est extrêmement émouvant. Cela va être le cas pour beaucoup d’entre elles », se réjouit Valérie Trierweiler, marraine du SPF, qui était présente au coté de Mgr Gaillot, parrain de l’association.

Un enfant sur trois ne part pas

L’affrètement d’un train spécial, direction les Landes, marque le lancement de la campagne « Vacances d’été 2017 » du Secours populaire « Il s’agit bien des vacances d’été, car les bénévoles du SPF redoublent d’efforts toute l’année pour assurer, grâce à la solidarité populaire, le départ de familles qui en sont injustement privées », souligne Julien Lauprêtre, président de l’association.

Conformément à sa mission d’intérêt général, l’Agence nationale pour les chèques-vacances (ANCV) contribue à hauteur de 1,7 million d’euros à cette campagne. « La mobilisation des bénévoles est indispensable car il y a encore 45 % de nos concitoyens qui ne connaissent pas ce bonheur », a déclaré Dominique Ktorza, la directrice des Politiques sociales de l'ANCV. « Les vacances sont sources d’enrichissement, gages de bien-être et une expérience qui aide à grandir », a précisé pour sa part, Florence Simon qui représentait la SNCF, partenaire du départ pour Tarnos.

Un don de 50 euros, soit 12,50 euros après déduction fiscale, offre une journée de vacances à un enfant. De quoi se fabriquer des souvenirs et les raconter à la rentrée prochaine.

Sur le quai, Yves Gautier, directeur de la communication chez Henkel France – une entreprise du Club des partenaires solidaires du SPF –, était lui aussi venu souhaiter un bon séjour aux vacanciers : « Nous apportons une contribution avec les arrondis sur salaires. C’est bon de voir la concrétisation de l’engagement de nos collaborateurs. »

Le train spécial va partir. Mohammed filme la joyeuse foule, les enfants qui jouent et les piles de valises. Le programme ? Il n’y a pas fait attention. Sa femme Jamaa non plus. Le train, les Landes, le village vacances les font déjà rêver : « Demain, nous allons voir la mer ! », lance-t-elle, très enthousiaste, faisant naître un large sourire sur le visage de Mohamed et leurs trois enfants. Direction la mer, alors.

Témoignages

Gad Elmaleh, parrain de la campagne Vacances 2017

Je soutiens la campagne « Vacances » du Secours populaire pour que tous les enfants aient la même chance. Contribuer à ouvrir leurs yeux, leur cœur et à les faire rêver est une immense fierté.

Gad Elmaleh, parrain de la campagne Vacances 2017

Liens

Pas d’action sans don !

Votre soutien financier nous permettra d’apporter une solidarité concrète aux victimes. L’ampleur de l’aide dépendra des fonds que nous réussirons à collecter.

Mots-clés