Les libres-services de la solidarité

Depuis 1994, le Secours populaire français développe les « libres-services » qui permettent aux personnes accueillies de faire leurs courses. Un dispositif qui évolue aux côtés des traditionnelles distributions alimentaires.

  • Mis à jour le :
Un libre-service du Secours populaire.
Tous droits réservés

En bref

Pays :
  • France

Dignité et liberté de choix

Depuis 1994, le Secours populaire a développé la pratique des « libres-services » dans lesquelles les personnes accueillies font leurs courses comme tout un chacun. En échange d’une somme symbolique, elles se voient remettre un « carnet de chèques » qui leur ouvre droit à un choix de produits alimentaires et de produits d’hygiène. Cette somme modique participe aux actions de solidarité. Au sein du libre-service, elles trouvent différents rayons, comme dans n’importe quel magasin : épicerie, fruits et légumes, produits laitiers, boucherie-charcuterie…. Loin de l’assistanat, ces dispositifs respectent les personnes aidées, en préservant leur liberté de choisir et leurs propres arbitrages, contrairement aux traditionnelles distributions alimentaires. Les libres-services sont  des lieux agréables où les personnes accueillies peuvent prendre leur temps et discuter avec les bénévoles qui les accompagnent notamment sur les questions de santé nutritionnelle.

Une porte d’entrée pour plus de solidarité

Toute personne ou famille souhaitant avoir accès à nos « libres-services» est reçue dans le cadre de nos permanences d’accueil et de solidarité. Un diagnostic de la situation administrative et financière de la famille est élaboré avec un membre de l’association formé à cet accueil. Aussi, les équipes du Secours populaire ne se contentent pas de leur apporter un soutien pour se nourrir : elles vont les accompagner sur les autres problématiques (santé, logement, endettement, accès aux loisirs, aux sports et aux vacances…) auxquelles elles sont confrontées.

Témoignage

Nous voulons dépasser cette période de l’aumône où les mères de famille venaient seules et avec honte chercher leur paquet de produits alimentaires. Ici, les familles peuvent choisir, comparer, constituer leur menu et payer. C’est essentiel pour leur dignité et en plus, cela permet de respecter les confessions religieuses de chacun, de ne pas imposer tel ou tel produit.

Un bénévole de Lille

J’ai moins de gêne en venant dans ce lieu. J’y ai l’impression de faire mes courses normalement.

Une jeune fille

Mots-clés