L’action des bénévoles du Secours populaire en première ligne depuis trois semaines évite qu’à la crise sanitaire se superpose une crise alimentaire [Archivé]

  • Le :

Le Secours populaire français et les « Médecins du SPF » sont mobilisés depuis le début de l’épidémie (devenue la pandémie du Covid-19) pour venir en aide aux victimes de la pauvreté et des exclusions. Les activités conduites par des bénévoles libres et volontaires telles que l’aide alimentaire, en jeux pour enfants ou en produits d’hygiène, les actions de prévention et le lien social avec les personnes les plus en difficulté sont maintenues partout en France.

Les familles sont aidées individuellement dans les locaux de l’association ou par des équipes allant au-devant des personnes ou familles isolées (solidaribus en milieu rural ou pour les étudiants en résidences universitaires, maraudes après des sans-abris, distributions dans les hôtels, centres d’hébergement, etc).

Par exemple : à Saint-Etienne, 1 224 personnes ont été reçues sur rendez-vous pour une aide alimentaire et en produits d’hygiène ; à Paris, plus de 3 650 personnes non suivies par l’association ont pu bénéficier de paniers-repas ; dans les Alpes-Maritimes 10 000 repas distribués en deux semaines ; dans l’Essonne 1 500 personnes hébergées à l’hôtel sont accompagnées sur le volet alimentaire.

Se nourrir et avoir accès aux produits d’hygiène sont des soutiens essentiels pour lutter contre l’épidémie. S’y ajoute la socialisation, précieux atout pour construire l’immunité à long terme à laquelle prennent part aussi les enfants de « copain du Monde ». Les bénévoles du Secours populaire entretiennent des liens téléphoniques avec les plus fragiles, accompagnent les familles et leurs enfants sur le plan scolaire, poursuivent les préparations aux projets de départs en vacances, agrémentent les colis alimentaires avec des coloriages pour les enfants, des jeux de société ou des livres lorsque cela est possible.

Dans le même temps, le SPF fait face à un afflux de nouvelles demandes du fait de la fermeture d’associations locales, du service minimum des aides sociales des collectivités territoriales et de l’angoisse qui grandit. Depuis maintenant trois semaines, le choix du Secours populaire de maintenir son activité a évité qu’une crise alimentaire et de rupture sociale ne vienne se greffer à la crise sanitaire.

L’association rappelle qu’elle fonctionne sur ses propres ressources financières, de dons matériels ponctuels et sur ses stocks, notamment ceux provenant du Fonds européen d’aide aux plus démunis actuellement menacé d’une baisse drastique.

Pour assurer la pérennité de leurs activités sur 1 300 lieux, les fédérations et comités du Secours populaire font appel aux dons. De nombreux soutiens privés se mobilisent mais le SPF rappelle que l’action conduite depuis trois semaines par des citoyens bénévoles libres et volontaires a besoin d’un soutien à la hauteur de 10 millions d’euros.

Le Secours populaire agit aussi pour aider les pays les plus pauvres à se protéger contre le Covid-19 car ce virus ne connaît pas de frontière. L’association est en lien permanent avec ses partenaires en Outre-mer et dans 80 pays du monde et va faire parvenir les premiers soutiens financiers reçus des donateurs.

Le Secours populaire appelle aux dons financiers : www.secourspopulaire.fr

Fichiers

Mots-clés