Urgence : 50 000 euros pour les victimes en Indonésie [Archivé]

Le Secours populaire débloque un premier fonds d’urgence de 50 000 € pour venir en aide à 5 000 personnes de l’île des Célèbes, anéantie, vendredi 28 septembre, par un séisme et un tsunami d'une extrême violence.

Samedi 29 septembre : sur place de nombreux blessés sont soignés à l'extérieur, les hôpitaux étant débordés.
Muhammad Rifki AFP

 

Plus de 1 000 personnes auraient perdu la vie et 48 000 personnes seraient déplacées, après le tsunami d’une violence extrême - 800 km/heure - qui a frappé les zones de Palu et Donggala, à l'ouest de l'île des Célèbes, en Indonésie, vendredi 28 septembre. Ce lundi matin, le bureau de coordination des affaires humanitaires de L’ONU (UNOCHA) notait que 191 000 personnes avaient besoin d’une aide humanitaire urgente. Plus particulièrement, 46 000 enfants et 14 000 personnes âgées, populations plus vulnérables et résidant loin des centres urbains. Les autorités redoutent un bilan encore plus lourd, certaines zones n'ayant pas encore été atteintes par les secours. 

Le Secours populaire et ses partenaires mobilisés sur place

Le Secours populaire français a débloqué un premier fonds d’urgence de 50 000 euros afin de prendre les premières mesures  de suite et sur place grâce à son réseau de partenaires. Il s’agit tout d’abord de répondre aux besoins de première nécessité : distributions alimentaires, d’eau potable avec la distribution de kits de filtration d’eau, de produits d’hygiène, mises à l’abri... Les partenaires sur place soutenus par le Secours populaire français s’activent depuis plusieurs jours pour venir en aide aux victimes. Comme l’expliquent nos relais en Indonésie, « l’approvisionnement aérien n’est possible que par avions militaires, type Hercule. Nous avons donc dû nous organiser par voie terrestre pour secourir certaines populations, parcourant jusqu’à 850 kilomètres, devant faire face aussi à des problèmes de sécurité comme des pillages, maîtrisés depuis par les forces armées. »

De l'aide d'urgence à l'accompagnement dans le temps

Depuis vendredi les hôpitaux ont toujours du mal à répondre à l’urgence face au nombre important de victimes. D’après les correspondants sur place de nombreux blessés sont soignés à l'extérieur et des habitants transportent comme ils le peuvent des corps sans vie. Les dégâts matériels aussi sont énormes : beaucoup d’habitations détruites, des véhicules réduits à l’état de carcasses… L'électricité pour le moment est partiellement coupée, certains axes routiers sont fermés ou difficiles d'accès et les aéroports endommagés. Il faudra ensuite accompagner les populations dans la durée, dans les domaines de la santé, de l’éducation… Ce séisme de 7,5, selon l'institut américain USGS, est d'une magnitude plus importante que la série des tremblements de terre qui ont fait plus de 500 morts et environ 1 500 blessés en août sur l'île de Lombok, voisine de Bali. Le Secours populaire français a affecté déjà en août dernier 50 000 euros provenant de son fonds d’urgence aux premières mesures d’aide et est intervenu sur l’île fin septembre auprès de 5 000 personnes toujours sinistrées et vivant dans des conditions très rudimentaires. Le Secours populaire a besoin d'un grand élan de générosité pour soutenir toutes les actions nécessaires à l'aide d'urgence, mais aussi à la reconstruction dans le temps. Des milliers de bénévoles se mobilisent pour collecter les dons et mettre en mouvement des initiatives populaires.

Pas d’action sans don !

Votre soutien financier nous permettra d’apporter une solidarité concrète aux victimes. L’ampleur de l’aide dépendra des fonds que nous réussirons à collecter.

Mots-clés