Enchanter les fêtes

Les Pères Noël verts du Secours populaire ont 40 ans. Un anniversaire qui assoit la pérennité de cette campagne festive à laquelle le SPF veut, cette année, donner une dimension inégalée en invitant chacun à accompagner les bénévoles dans leurs tournées.

Les Pères Noël verts apportent de la joie aux enfants, mais aussi aux parents qui n'ont pas les moyens de leur offrir un cadeau.
Celine Scaringi

« Je n’ai pas le coeur à me réjouir à l’approche des fêtes. J’aimerais réunir la famille pour un grand repas, comme tout le monde. Ces moments de partage sont pour moi ce qu'il y a de plus important… mais je suis sans travail et les revenus irréguliers de mon compagnon sont insuffisants », confie Magalie, qui vient, depuis huit mois, chercher auprès du Secours populaire de Montélimar (Drôme) de quoi nourrir sa famille. Pour ses deux filles de 5 et 6 ans, elle prévoit d’acheter soit des vêtements, soit des jouets ou des jeux ; ce sera en tout cas « une bricole dans une brocante ». « Heureusement, mes enfants ont appris à se contenter de peu », ajoute cette mère de famille qui cherche depuis trois ans un poste d’assistante de direction. Magalie ne savait pas encore que « l’équipe très conviviale et bienveillante » de bénévoles du SPF qu’elle rencontre à la permanence de l’avenue d'Espoulette préparent un arbre de Noël inoubliable, pour elle et 123 autres familles des environs, dont plus de 70 enfants ou adolescents, des retraités isolés, ainsi que des réfugiés et des migrants. Tous seront réunis autour d’un spectacle et d’un goûter, le 12 décembre. Des jouets neufs et des colis festifs avec bûches et mets gastronomiques sont également prévus. Ces festivités seront précédées, en novembre, par une sortie au cirque Zavatta et suivies, en février, d’une journée à la neige pour près de 70 enfants et adultes à la station de La Croix de Bauzon, en Ardèche. « Cela nous fait tellement plaisir de voir ces enfants ouvrir grand leurs yeux et exprimer leur bonheur par des éclats de rire. C’est aussi l’occasion de chercher les mots justes pour dire aux adultes : ''vous n’êtes pas seuls, on est là'' », explique Ouahiba Amara, la secrétaire générale du comité de Montélimar. « On se sent soutenus. Ça fait du bien de s’ouvrir aux autres, d’oublier un peu ses soucis », confirme Christophe, dont le salaire de logisticien, couplé aux heures de ménage de sa femme, ne permet pas de subvenir aux besoins de la famille.

Affiche Pères Noël verts, 2016

« Cette année, le Père Noël vert a 40 ans. Pour remplir sa hotte, le Secours populaire a besoin de recueillir des fonds, en premier lieu, mais aussi des jouets neufs, des produits de fête, des vêtements chauds... Tout le monde peut devenir un Père Noël vert pour faire en sorte qu’il n’y ait pas d’enfants ni d’adultes oubliés par le Père Noël rouge », souligne Julien Lauprêtre, président de l’association. Pour soutenir cette ambition, le SPF lance un mini-site internet de présentation et de collecte de fonds. De Montélimar à Cherbourg- Octeville, de Nantes à Strasbourg, partout, les bénévoles du SPF s’activent pour que les fêtes de fin d’année apportent un peu de joie aux personnes confrontées au choix de « payer la nourriture de tous les jours ou les factures d’électricité, de fioul, etc. », comme en témoigne Ouahiba. Entre le goûter, le spectacle et le colis repas, le SPF de Montélimar prévoit de débourser plus de 5 500 euros. Rien ne se ferait sans la générosité du public. Tous les dons financiers, du plus modeste au plus conséquent, sont nécessaires à cette solidarité. Dans la Manche, un après-midi festif – avec concours de dessins, cadeaux et goûter – est organisé pour les personnes aidées. « Elles attendent ce rendez-vous avec impatience », indique Joël Carpier, secrétaire général du Secours populaire du département. Parmi les invités, il y aura des familles de détenus de la maison d’arrêt de Cherbourg-en-Cotentin. « Leurs femmes et leurs enfants sont souvent totalement démunis ; certains sont surendettés. Nous leur apportons une aide matérielle, une écoute, des conseils », précise Jacques Dupont, un bénévole qui veillera à l’envoi de colis pour l’arbre de Noël de la prison. L’aboutissement de plusieurs mois de collecte et de mobilisation. Les montants nécessaires peuvent être très élevés. « Nous consacrons plus de 15 500 euros à l’achat de plusieurs centaines de jouets et des paniers de Noël garnis de pots de miel, de chocolats fins... », relève Anne, qui coordonne la campagne à Nantes. Par rapport à l’année dernière, le budget est en hausse afin de répondre à l’augmentation du nombre de demandes d’aides formulées auprès des bénévoles de Loire-Atlantique. « Nous devons trouver des ressources nouvelles si nous voulons être en mesure d’y faire face », remarque-t-elle.

Cette détresse supplémentaire se ressent dans de nombreux comités du Secours populaire car le nombre de bénéficiaires de minima sociaux ne cesse de croître. « La pauvreté progresse dans une France en crise », alertait début septembre le Centre d'observation de la société, qui notait que, depuis les années 2000, le niveau de vie « des plus démunis » s’éloigne de celui des couches moyennes, en particulier pour les plus jeunes et les retraités.

Des jouets de qualité

Apporter plus de moyens aux bénévoles est d’autant plus indispensable que le Secours populaire pratique une solidarité de qualité. « Cela implique l’achat de jouets neufs en quantité pour que les parents aient la possibilité de choisir ce qui fera plaisir à leurs enfants. Les fonds collectés permettent aussi de constituer des colis alimentaires améliorés et de réunir personnes aidées et bénévoles dans des lieux festifs et décorés », récapitule Dominique Roche, membre du bureau national du SPF et responsable nationale de la campagne. Pour faire face aux besoins toujours en hausse, l’association a besoin de rassembler toutes les personnes de bonne volonté et de collecter un maximum de dons financiers. Dans chaque département, les membres du SPF – récents ou anciens – se démènent pour réunir les fonds nécessaires aux Pères Noël verts. Les initiatives vont des opérations de paquets cadeaux à l’entrée des magasins aux traditionnelles braderies de vêtements. Ces dernières ont commencé dès le mois d’octobre, comme dans la commune du Teil, aux portes de Montélimar. Les copains du monde apportent leur contribution en multipliant les parades, notamment à Saint-Étienne et à Marseille. « Ils interviennent dans les écoles et les centres sociaux pour rassembler des jouets neufs, puis lors de la parade jusqu’au Vieux- Port, 1 000 enfants collecteront des dons financiers », remarque Gaëlle, responsable du mouvement Copain du monde, dans les Bouches-du-Rhône.

Une autre piste suivie est celle des partenariats pour « sensibiliser des publics différents, sortir des habitudes », affirme Anne, bénévole à Nantes, en lien avec le centre de loisirs de Saint-Josephde- Porterie. Celui-ci récolte de l’argent grâce à un grand vide-grenier de Noël. Les enfants du centre, accompagnés du Père Noël vert, achètent ensuite des jouets neufs pour les apporter au Secours populaire. Une autre opération, en lien avec l'association Les Motards de l’espoir, enthousiasme Anne : « C’est une première. C’est un peu inattendu », confiet- elle. Fin septembre, plusieurs dizaines d’amoureux de la moto ont assuré une grande balade en deux roues ; 3 euros par passager étaient reversés au SPF. Le 10 décembre, postés dans les rues commerçantes, ils proposeront des tours en motos à trois roues en échange de jouets neufs. Ils participeront ainsi au grand élan qui permet aux Pères Noël verts d’organiser des belles fêtes de fin d’année pour Magalie, son compagnon, leurs filles et pour de nombreuses autres familles.

En images

Articles

Fichiers

Témoignage

Convergence 342, Nagui

Pour un enfant, un Noël sans joie et sans cadeaux, c’est comme un souvenir perdu pour la vie. Et c’est une révoltante injustice de vivre cela parce que ses parents sont pauvres. Bravo aux Pères Noël verts du Secours populaire qui, depuis 40 ans, apportent dans leur hotte tant de bonheur à ceux qui en sont privés ! Et merci à celles et ceux qui ont la générosité de remplir cette hotte !

Nagui, PNV 2016

Mots-clés