Quatre associations s´unissent pour sauver l´aide alimentaire européenne [Archivé]

Les 4 présidents des associations françaises d´aide alimentaire Banques Alimentaires, Croix Rouge française, Restos du Coeur et Secours populaire ont pris la parole ce lundi 15 octobre, dans le cadre d´une conférence de presse pour le maintien de l´aide européenne alimentaire, qui est largement menacée.

  • Mis à jour le :

Les Banques Alimentaires, la Croix Rouge française, les Restos du Coeur et le Secours populaire français, principales associations françaises d'aide alimentaire aux personnes les plus démunies, s'unissent pour sauver l'aide européenne alimentaire. Photo des 4 présidents prise lors de la conférence de presse du lundi 15 octobre 2012.

J.-F. Leray

Les pouvoirs publics ne doivent pas arrêter l'aide européenne alimentaire, surtout au moment où toujours plus de familles de l'Union européenne basculent dans la pauvreté à cause de l'aggravation de la crise économique. C'est le message délivré, le lundi 15 octobre au matin, par les quatre associations habilitées à distribuer cette aide, appelée PEAD : le Secours populaire, la Croix-Rouge, les Banques alimentaires et les Restos du coeur. C'est un signe fort de voir ainsi main dans la main des associations aux histoires si différentes lancer un véritable SOS afin d'empêcher une catastrophe programmée pour janvier 2014, a alerté Julien Lauprêtre, président du Secours populaire.

Blocage diplomatique et arrêt du PEAD

Depuis 1987, le PEAD permet aux Européens les plus pauvres (retraités modestes, mères célibataires, etc.) de ne pas se retrouver à court de vivres. Ce dispositif est indispensable à 18 millions d'Européens, dont 4 millions de Français, mais a été bloqué au printemps 2011 par plusieurs pays, au premier rang desquels l'Allemagne. Un accord a été conclu, à l'automne 2011, entre Paris et Berlin : le PEAD a été prolongé jusqu'à janvier 2014. Il représente entre un quart et la moitié de la nourriture donnée par les associations françaises. "Nous allons être mis en difficulté, mais ce n'est rien par rapport à des pays comme la Pologne dont les distributions de vivres vont fondre de 80%", remarque Alain Seugé, président de la Fédération française des Banques alimentaires.Les quatre associations souhaitent que l'Union européenne mette sur pied un successeur au PEAD. Les chefs d'Etats et de gouvernement de l'Union européenne devraient statuer sur la question le 23 novembre. Nous ne comprendrions pas que l'Union européenne se fixe un objectif de réduction d'un quart du nombre de pauvres en son sein d'ici à 2020 et qu'elle commence par démanteler l'un des seuls outils qui lui permettent de lutter contre la pauvreté, insiste Olivier Berthe, président des Restos du coeur.

L'opinion publique a un rôle à jouer

Même en cas d'accord, tout danger ne serait pas écarté pour autant. La Commission européenne travaille sur un projet dont la taille serait 30% inférieurs à celle du PEAD. La solidarité ne peut pas être invoquée par les différents gouvernements européens uniquement lorsqu'il s'agit de sauver le système financier, tonne Didier Piard, directeur de l'action sociale à la Croix-Rouge française.Les associations humanitaires veulent créer une grande chaîne de solidarité autour de la sauvegarde de l'aide alimentaire. Elles ont ainsi rencontré leurs homologues allemands qui leur ont témoigné leur soutien et ont lancé une campagne de sensibilisation auprès de l'opinion publique. Il faut que les Européens de tous les pays fassent pression sur leur gouvernement et sur la Commission européenne, a souhaité Julien Lauprêtre.

Mots-clés